Accueil > Critiques > 2009

Matt and Kim - Grand

mercredi 24 juin 2009, par marc

Matt et Kim et la fête


Et pourquoi pas un album de pop bien engageant, bien dans l’air de la saison (même si sorti en janvier) ? C’est pour me remonter un moral entamé par Fredo Viola que Laurent avait mis un lien vers ce clip réjouissant de Lessons Learned. On ne conçoit pas d’album pop sans titre marquant à refiler de force à son entourage (je suis comme ça) et c’est sans doute la tête de gondole dont un album pop a besoin.

Car c’est dans ces verts parages de la pop que le duo de Brooklyn évolue. Et on peut dire que c’est un style qu’il est difficile de réussir. Eviter la mièvrerie, la répétition, le tout en étant détendus et accrocher l’oreille du premier coup. Ce cahier des charges compliqué est résolu par une recette basique. Une batterie qui cogne, une nappe de clavier, deux voix et c’est tout. Il y a évidemment aussi de nombreux handclaps et respons mais pas de trace d’orchestre symphonique, c’est leur entrain et leurs mélodies qui servent de vecteur et c’est très bien comme ça.

Il s’en dégage un parfum de do-it-yourself qui fait plaisir à entendre. On devine dans le fond d’un Spare Change une bande de potes prête à intervenir en cas de fête. Ce n’est sans doute pas le cas en pratique mais c’est ce que ça évoque. Les morceaux sous les deux minutes ne sont pas rares, et c’est une bonne idée vu le style pratiqué. Pas la peine de diluer un Turn This Boat Around ou allonger un Cinders plus nerveux.

Les mélodies identiques et la répétitivité du processus est quand même un peu contrariante sur la longueur. Par exemple, I Wanna a la même structure mélodique que Lessons Learned, bien que le traitement soit assez différent. On a plus d’ampleur dans le son de Don’t Slow Down qui pour moi m’a rappelé que Modest Mouse revient sans doute bientôt (on s’occupe comme on peut) et sert de contrepoint au très linéaire Lessons Learned. On le voit, ils ont soigné l’ordre des morceaux. La chasse à l’ennui est donc une préoccupation de ces deux zigues.

On a déjà souligné l’importance de ces albums ‘entre les coups’, qu’on aime retrouver entre deux albums plus enchanteurs mais aussi moins légers. Comme souvent, tout ingurgiter réduit la spontanéité et l’immédiateté des morceaux. Mais prenez l’album, à vous de choisir vos doses, vous êtes des grands (maintenant). D’un point de vue calendrier, c’est indéniable, l’été est là. S’il vous faut de la musique de saison, voilà de quoi faire.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)