Accueil > Musique > 2009 > The Parlor Mob - And You Were A Crow

The Parlor Mob - And You Were A Crow

samedi 20 juin 2009, par Seb (un autre)

Riff & Solo


Pour planter le décor directement, The Parlor Mob a terminé 8eme du top des téléchargements iTunes aux Etats-Unis en 2008 et fait partie de l’iTunes sélection des meilleurs nouveaux groupes rock 2008, cette reconnaissance aussi fulgurante qu’inattendue leur permet de sortir de leur territoire et tenter une percée en force dans le reste du monde.

Originaire du New Jersey, les Parlor Mob ont enregistré 2 EP dans l’anonymat le plus total jusqu’à ce que Jacquire King (déjà producteur des excellents Kings OF Leon et Modest Mouse) se proposa de produire leur premier album. Avec un producteur de renom et des comparaisons avec Led Zeppelin et Deep Purple (selon les médias US), comment ne pas preter une oreille à cet album qui sent bon le ‘’comment faire du neuf avec du vieux…’’.

‘’Hard times’’ et ‘’Dead Wrong’’, les deux premiers titres de l’album confirment les influences citées plus haut, un chanteur (Mark Melicia) a la voix suraigüe mais plus proche, selon moi, de Jack White que de Robert Plant, une batterie lourde et deux guitaristes qui balancent des riff bien gras à répétition. On pense tout de suite à ZZ top ou plus récemment a Wolfmother ou aux Datsuns, de très bonnes références cela va sans dire pour ceux qui aiment le Hard rock typé 70’s (dont je fais partie bien entendu !).

Le groupe sait également se faire plus délicat avec des titres acoustiques ou mid-tempo tel que ‘’Everything You’re Breathing For’’, ‘’When I Was an Orphan’’ avec la voix de plus en plus impressionnante de Melicia qui est a l’évidence très à l’aise quel que soit le registre. Des titres agréables mais que l’on a déjà entendu et ré-entendu chez leurs illustres prédécesseurs.

C’était sans compter la plage 9 de l’album, le monumental ‘’Tide of Tears’’, sans aucun doute le sommet de l’album. Un blues gras et sale de 8minutes et 33 secondes (c’est important !) entrecoupé de solos phénoménaux qui rappellent les meilleurs moments de Led Zep. Une chose est sûre, les guitaristes de The Parlor Mob sont loin d’être des manchots. Je n’avais plus entendu un titre comme celui là depuis le fantastique ‘’Ball and Biscuit’’ des White Stripes, une vrai tuerie !

Si on met de côté ce titre, il faut bien avouer que le reste de l’album est fort monotone et lasse assez rapidement. Il est évident que le groupe est écrasé sous le poids de ses influences et a du mal à sortir de vrais titres avec un chouïa d’originalité. Ce n’est malgré tout que leur premier LP et je mettrais ma main a couper qu’avec des musiciens et un chanteur de cette classe on tient là, un futur très grand groupe. A suivre attentivement donc.

Pour vous faire une idée, un lien video

Article Ecrit par Seb (un autre)

Répondre à cet article

4 Messages

  • The Parlor Mob - ‘’ And You Were A Crow 21 juin 2009 23:39, par paulo

    mais alors c’est qui ce seb ?

    repondre message

  • The Parlor Mob - And You Were A Crow 29 septembre 2009 20:37

    Mouais, une chanson de bien alors et le reste presque nul ? Quel sens de la critique ! Bordel ça fait super plaisir un groupe comme celui là, rien à faire si c’est du Led Zep etc etc... et les critiques ils inventent quelle style de musique ?
    Je mets au moins 4 étoiles et j’affirme que TOUTES les chansons sont carréments excellentes.
    On doit pas avoir la même vision du rock pour un fan des années 70...

    repondre message

    • The Parlor Mob - And You Were A Crow 15 octobre 2009 15:36, par SeB

      le blabla facile du gars qui critique les critiques (c’est bon ça non ?)

      N’oublie pas mon grand que la musique reste une question de GOUT !

      Relis attentivement ma critique, j’aime ce groupe et je prédis de grandes plaques à venir mais ce premier essai n’est pas une réussite selon moi....

      repondre message

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)