Accueil > Critiques > 2009

Vive La Fête - Disque D’Or

mercredi 1er juillet 2009, par Marc

Fais-moi une place


Aussi étrange que ça puisse paraître, Vive la Fête est un des groupes qui a le plus d’albums critiqués sur ce site. En effet, c’est le cinquième (sur six quand même) qui passe entre mes petits doigts fébriles. Sans doute leur régularité est-elle la raison principale. La sympathie qu’ils dégagent serait la seconde, qui m’a poussé à donner un avis même sur le très vulgos et indigent Grand Prix et à persévérer ensuite avec Jour de chance, il est vrai bien plus gratifiant.

Petit rappel des faits dans un but purement pédagogique. Vive La Fête est un duo composé d’Els Pynoo et son compagnon Dany Mommens (rappelons qu’il a fait partie des débuts de dEUS tout de même). Ils ont la particularité de chanter en français et une des bonnes surprises est le renfort d’An Pierlé à l’écriture de deux morceaux. Ses collaborations (Amour Physique et Baiser Canon) arrivent à concilier la candeur de leur langue à une efficacité pop indéniable, avec notamment des mélodies qui font mouche tout de suite. Ce sont donc les deux morceaux qui vont tirer cet album dans leur sillage.

Pour le reste, on a l’habituel balancement entre des morceaux à la trame plus électronique qui donc donnent une importance toute relative au contenu sémantique et des chansons dans l’acception plus classique du terme, ce qui n’exclut pas un traitement synthétique qui leur va bien. C’est donc varié et ils peuvent passer avec une belle santé d’une bourrinade technoïde (Everybody Hates Me) au slow réglementaire (Mira) en passant par un pop-rock garage emballé en 1’24’’ ou un instrumental (Elsangel). Mais en dehors des deux morceaux sous-traités mentionnés plus haut, c’est quand ils se font plus emphatiques que je les préfère (Ce Que Tu Penses De Moi)

Alors, oui, parfois, le côté répétitif des paroles peut rebuter (les deux derniers morceaux symétriques) et la candeur ne marche pas automatiquement On a parfois l’impression d’une rédaction au thème imposé pour élève studieux et besogneux et même un peu naïf (Petit Colibri). Mais le thème évolue et le tapis electro-rock plutôt bon donne le ton de l’album. Ce sera donc un pur album de Vive la Fête. Festif et décalé dans le ton (et même très décalé dans la simplicité de Je Ne Pourrais Pas), mais plutôt bien fichu dans la simplicité de la forme. Le cahier des charges est donc rempli

Une petite remarque avant que je ne vous laisse. Déjà, un morceau caché, il n’y a rien de plus pénible. Quand en plus la demi-heure d’attente se voit gratifié d’un délire à l’orgue rien moins que poussif, on se dit que les artistes sont parfois peu conciliants avec leur public et que la complaisance, ça va un peu…

Il est probable qu’en entamant la lecture de cet article le style du groupe ne vous était pas inconnu. Et que si vous trouvez ça réducteur et régressif dès le début, vous avez sans doute déjà fui. Dans le cas contraire, retenez qu’il s’agit d’un album habituel pour le duo, relevé de trois morceaux qui sortent du lot. Vive La Fête n’est pas un groupe gigantesque mais leur discographie a pris de l’ampleur et on garde toujours une petite place pour eux.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)