Accueil > Critiques > 2009

Spektre - Live at Glade

jeudi 25 juin 2009, par Seb

Pas si minimal que ça...


La Grande-Bretagne n’est pas réputée pour ces producteurs minimaux. Paul Maddox et Filthy Rich s’attaquent néanmoins aux foules avec leur performance Live at Glade. Ils y balancent une techno-minimale sans concession. Mettons de côté les expérimentations mentales et autres recherches sonores (parfois vaines) qui hantent les bacs, les anglais vont à l’essentiel : faire bouger les foules. Ce live est clairement destiné au rave ou autre rassemblement atteignant une certaine masse critique.

Les beats sont très affutés et le tempo assez rapide pour une fois. Dès l’introduction, l’ambiance est catchy et joyeuse dans le style neo-trance. Haze débarque et l’ambiance minimale prend le dessus. Les mélodies s’estompent et des percussions ciselées s’emballent. Les constructions sont assez variées et ponctuées de glitchs bien placés qui évitent l’ennui. Par la suite les moments de répits seront rares mais néanmoins bienvenus.

Privilège du format live, l’album est continu et permet d’installer progressivement une ambiance imparable et surtout difficilement reproductible sur un album au format classique. C’est assez rare pour être souligné car j’avoue être lassé des ces sorties presque inutiles qui sentent souvent le remplissage. Ici, les tracks s’enchaînent de façon fluide et cohérente.

La deuxième partie est plus dark et perdra sans doute son lot d’auditeurs. Les fidèles atteindront sans peine la clôture avec A Shadow Unfolds et A Glimpse Outside nettement orienté rave. les grosses mélodies à quatre notes ressortent et allègent l’atmosphère. Les nappes ne sont pas en reste. C’est un peu facile et bourrin comparé au reste, ca tape clairement dans le registre rave mais néanmoins acceptable pour terminer (la foule).

Spektre nous délivre ici un très bon live qui rend à merveille l’ambiance qui peut se dégager lors d’une telle prestation. C’est assez varié dans le style. Les sorties de ce genre sont rares alors profitez-en !

Myspace

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)