Accueil > Musique > Concerts > Les Ardentes, Jour 4, 12/07/2009

Les Ardentes, Jour 4, 12/07/2009

vendredi 24 juillet 2009, par Fred

Démocratisons


Dimanche, dernière journée de festival et c’est tard dans l’après midi qu’on rejoint le Parc Astrid. On rate de peu les Subways. Ce sont les dernières minutes de leur concert qui servent de bande son à notre arrivée sur le site. Certains avis collectés par la suite nous assurent que la prestation fut à la hauteur. Pour les avoir vu au Pukkelpop par le passé, on les croira.

Première attraction belgo belge de la journée, Sharko a pris le contrôle de la scène HF6. Sharko en concert, c’est une sorte de clown, échevelé, qui gesticule, qui vit physiquement sa musique. Sa bonhomie communicatif et son énergie ne peut que nous le rendre sympathique. Il arrivera même à faire chanter le public plutôt mou. C’est bien emballé et ça glisse tout seul. On nous sert les 3 morceaux connus, et nous en avons pour notre compte.

Car d’autres découvertes attendent, Cold War Kids en premier. Marc nous avait conseillé l’un de leur morceau dans une de ces playlists et un commentateurs avisés les avaient pointé du doigt en marge d’un chronique.
Sur scène ce quatuor peine tout d’abord à convaincre. Leur rock au tempo lourd sied peu à une écoute distraite un dimanche ensoleillé. Bien que Californien, on est bien loin des styles locaux, tels que le punk ou le rock de surfeur. Ici, il y a une consonance roots, qui évoque presque une moiteur sudiste.
C’est la voix de Nathan Willett au timbre si particulier qui nous aura à l’usure. D’autant qu’une fois que le piano vient rejoindre les guitares, leur musique acquière une nouvelle dimension. C’est toutefois encore un peu désordonné, comme sur album d’ailleurs.

Les festivals sont aussi l’occasion de tester certains a priori : Les stars de la télé réalité peuvent elle engendrer des artistes ?
Julien Doré tente de nous le prouver. Sur la scène des Ardentes, il se présente avec un formation rock. On n’a pas bien retenu ce qu’il chantait mais ça faisait du bruit, c’est sur et la foule était venue en masse pour le voir. On vous signalera seulement un duo avec Béatrice Martin. Comme c’est mignon... 3 morceaux suffisent à nous convaincre que le spectacle n’est pas là.

Bon, il est enfin temps de parler des gros morceaux de cette 4eme journée, ceux qui m’avaient fait me déplacer, Supergrass et Ghinzu.
La discographie des anglais à elle seule aurait justifié une place en tête d’affiche dans tout festival non Belge. Mais c’est compté sans le phénomène Ghinzu, la ghinzu mania.

Quoiqu’il en soit, les anglais ont donné un leçon pour ce qui est du rock show.
La précision de leur prestation, uniquement entachée par la qualité de la sonorisation de l’open air stage en ce début de soirée, marquera les esprit et mettra la barre très (trop) haut pour Ghinzu.
Les premiers titres du set m’étaient inconnus et doivent provenir de leur dernier album "Diamond Hoo Ha" ou du prochain prévu pour 2010.
La seconde partie du set a quant à elle réjouit tout ceux qui avait en mémoire leurs classiques dont Sun hits the sky, Pumping on your stereo, Moving, Richard III. 4 morceaux, 4 grands moments de ce festival.

Passons au cas Ginzhu. Que les choses soient claires, on les aime bien, mais on ne les comprend pas toujours.
Comme pour ce set qui s’ouvre sur Mother allegra. Pas transcendant comme brise glace, surtout quand on se rappelle qu’ils ouvraient par le cultisime Blow par le passé. Mais à quoi bon briser la glace quand on est en terrain conquis, me direz vous. Certes.

Que dire alors du reste de la tracklist qui, bien que faisant logiquement la part belle aux morceaux du nouvel album, s’offre un détour vers un inédit (sur album en tout cas) Chocolate tube au début hésitant, pour finir sur un version "extended" de Mine. Étaler un tel morceau , joué principalement à la couille, sur près de sur 10 minutes rend évident son manque d’épaissseur. Etait ce bien judicieux ?

Et puis, un sortie de scène sur un set de 90 minutes, de longues transitions et quelques cafouillages révèlent que cette tournée n’est pas encore rodée, ou alors qu’ils s’en foutent, ce qui seraient encore pire.
Heureusement des valeurs sures telles que Dragster wave et Blow arrivent à justifier leur position en tête d’affiche.


Sharko


Cold War Kids


Supergrass


Ghinzu

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)