Accueil > Critiques > 2009

Bibio - Ambivalence Avenue

mercredi 2 décembre 2009, par Paulo

Photophobique ?


J’avais annoncé au cours du premier semestre 2009 la sortie de cet album du productif Bibio sur le label Warp Records. Cet artiste avait encore sorti en début d’année un album sur son précédent label Mush Records appelé Vignetting The compost. Ode au lofi, deni de la pureté, goût de l’authentique, cet album avait bien le mérite de dégager le caractère musicale de Bibio, son secret : l’utilisation de samples d’arpèges de guitares detunées comme sortis de vinyls restés trop longtemps au soleil. Et avec ses mélodies euphoriques, on n’était pas loin de l’esprit psychédélique et d’exploration des 70s

La transposition de ce sens musical chez Warp Records allait indubitablement subir la traction avant du savoir-faire d’une des productions les plus pointus actuellement.

Pourtant, vu comme cette critique a trainé dans mon panier tout l’été et tout l’automne, il faut bien constater que l’album ne m’a pas autant séduit que son précédent ouvrage.

Je vous invite néanmoins à sauver quelques titres en commençant déjà par le titre d’ouverture Ambivalence Avenue, poursuivre avec un funk lofi plus pertinent que jamie lidell avec un côté fond d’album de MGMT (ce qui est un compliment), sauter Fire Ant, la pièce angulaire de l’album, dont je reste perplexe sur la longueur et éventuellement s’arrêter sur Sugarette et son bon groove nuancé qui tourne en combat 8bit gameboy...

On trouve également ça et là des plus petits morceaux, des interludes, marque de fabrique de bibio en quelque sorte puisque Vignetting the Compost en était essentiellement composé. On retrouve ces traits dans All The Flowers et Haikuesque.

Pour le reste j’avoue avoir fait l’impasse, rien de plus n’ayant accroché mes tympans.

Deux étoiles pour cet album d’autant plus décevant qu’il était prometteur. Toutefois, probablement dans la but de se racheter 1 ou deux étoiles de plus sur mescritiques.be, un nouveau LP est déjà sorti The Apple And the Tooth avec 4 nouveaux titres et des remixes de Ambivalence Avenue.

En preview sur
http://www.myspace.com/mrbibio

    Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

7 Messages

  • Bibio - Ambivalence Avenue 2 décembre 2009 22:44, par Simbad

    Si tu n’as pas aimé celui-ci, tu aimeras encore moins le nouveau, en majeure partie constitué de remix de Ambivalence avenue et de tout au plus trois nouveaux titres. Voilà, ca, c’est fait !

    repondre message

    • Bibio - Ambivalence Avenue 3 décembre 2009 07:36, par Laurent

      Oui, j’en sors hier de ce "Apple & Tooth", il n’y a que 4 nouveaux titres dont on peut sauver Bones n’ Skulls, et à part ça... pas beaucoup d’apples à se mettre sous la tooth. Les remixes surpassent régulièrement les originaux, mais bon, ça fait peu. Bref, un artiste sympathique de plus parmi la pléthore de bonnes choses électroniques (je rangerai Memory Tapes dans la même catégorie), pas de quoi s’enflammer.

      Cette année, à part Jon Hopkins découvert ici, j’ai surtout pris des décharges du côté de Clark, Fedaden et - pourquoi aller chercher plus loin ? - le Belge Depotax et son extraordinaire EP. Si vous vous remettez de ça, alors je me tais...

      repondre message

      • Bibio - Ambivalence Avenue 3 décembre 2009 15:44, par Paulo

        Récemment j’ai bien accroché à The Clonious - Between The Dots, en critique prochainement j’espère.
        Jon Hopkins et Clark évidemment, Depotax, j’aime le concept mais ça me donne des colliques ^^
        Et j’ai tendance à oublier Jega et son double album IDM dont j’ai pas encore fini l’exploration.

        repondre message

        • Bibio - Ambivalence Avenue 3 décembre 2009 19:53, par Simbad

          Pour les artistes originaux différent de ceux que vous avez cités, j’ai trouvé intéressant le maxi de Burial et de Four Tet ainsi que le nouveau single du dernier cité. J’ai trouvé sympa Harmonic 313, Tyondai Braxton, le dernier Vitalic et Paul Kalkbrenner.
          Au niveau des compils, les compils pour les 20 ans de Warp sont admirables et je conseille très fortement la compil du label Hyperdub pour ces 5 ans. Du bon dubstep et de l’electronica dont un titre énorme de Joker (vu à Dour cette année).
          D’ailleurs, on ne parle pas de DUBSTEP ici, pourquoi ????? ;-)))

          repondre message

      • Bibio - Ambivalence Avenue 4 décembre 2009 18:24, par Mmarsupilami

        Depotax est bientôt à la Rotonde et j’ai envie d’y aller...
        Etonnant en tout cas !
         ;-)

        repondre message

        • Bibio - Ambivalence Avenue 18 décembre 2009 17:05, par Mmarsupilami

          Ben volilà, Depotax était là, mais pas moi.

          Malgré que j’avais le ticket.

          Neige entre Bruxelles et Liège !

          Mais que font les pouvoirs publics...

          Dites-le moi !

          repondre message

          • Bibio - Ambivalence Avenue 28 avril 2010 07:28, par WolfStone

            Ils gèrent leur future aptitude à manipuler notre présent.
            Mais nous ne sommes pas dupes.
            Nous sommes floués mais pas dupes.
            Entre temps nous sommes libres.

            repondre message

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)