Accueil > Musique > 2006 > Stuart A. Staples : Leaving Songs

Stuart A. Staples : Leaving Songs

mercredi 7 juin 2006, par Marc

Confirmation pour le chanteur des Tindersticks


Classe est le mot qui s’applique le mieux à Stuart A. Staples. Non content d’avoir mené un des groupes les plus indispensables de la décennie passée, les Tindersticks, le voilà qui prolonge sa carrière solo entammée l’an passé par un très dépouillé Lucky Dog Recordings d’un plus fouillé Leaving Songs.

Classe aussi par l’incroyable charisme qu’il dégage sur scène. L’assistance de la Nuit Fnac des Nuits Botanique n’en disconviendra pas. Bien évidemment, la voix profonde dont la nature l’a doté y est pour une part non négligeable, mais même avec les intonations de Nicolas Sirkis il serait encore présentable. Encore que j’en doute, mon pouvoir d’imagination m’empêchant de visualiser ce genre de clash.

Toujours est-il que l’ami Stuart a encore fait des pas de plus vers les premiers albums de son groupe précédent. Les plages plus étoffées comme Which Way The Wind ou Leaving Feeling ramènent immanquablement aux Tindersticks. Mais l’orchestration est moins souvent un rien ample, plus directe aussi. Très minimaliste même pour un Dance With The Old Man qui est à deux doigts du A Capella. Il y a aussi un tel désir de ne pas impressionner que certains titres touchent par leur fausse modestie tel Already Gone qui comporte quand même du violon, de l’orgue et des cuivres. Mais au lieu de les imposer, ils servent juste de support efficace à la voix.

L’accord avec la voix féminine qui intervient sur plusieurs morceaux est fort bon, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il est dispensable.
Les Tindersticks vous manquent ? A moi aussi. Mais ce que fait Stuart A. Staples nous facilite quand même beaucoup la tâche. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)