Accueil > Critiques > 2004

Coco Rosie : La Maison De Mon Rêve

jeudi 10 août 2006, par marc


Deux soeurs américaines à Paris. Que font-elles ? Un album. Bonne idée.
On commence par une douceur qui met de bonne humeur. On retrouve Les ambiances chères à Hope Sandoval. Et puis non, c’est plus tordu que ça. Les mélodies sont toujours naïves et parfois très très belles mais noyées dans une bizzarerie très à la mode qui vire parfois au n’importe quoi (la voix genre betty-boop-en-direct-du-fond-de-l’aspirateur de Tahiti rain song). On ne peut plus faire du folk gentil à la Sophie Zelmani de nos jours.

On n’a jamais entendu tout ça exactement comme ça mais les ingrédients sont connus : les voix de West end par exemple semblent tout droit sorties d’un Miranda sex garden et les bruitages (sur Tahiti rain song, Buttescotch qui comporte des harmonies vocales telles que pretiquées occasionnellement par Les Elles) finalement on déjà été entendus ça chez la Lisa Germano de Geek the girl. Et quand une mélodie semble trop nunuche, on la décale habilement (Candid Land).

Du travail fort bien fait. Les deux donzelles savent ce qu’elles font. Quand une idée est bonne mais ténue, elles ont le bon goût de ne pas l’étirer sur des heures. Un bon moment mais plus habile qu’émouvant. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)