Accueil du site > Musique > 2009 > Editors - In This Light And On This Evening

Editors - In This Light And On This Evening

vendredi 23 octobre 2009, par Fred, Marc

"T’approuves mais tu regrettes"


Etrange idée de mettre en exergue une citation de Bénabar, a priori le plus éloigné de l’univers de revival cold-wave d’Editors. Pourtant, cette maxime (complétée d’un rigolo « c’est ton côté socialiste ») résume bien l’état d’esprit qui est le nôtre à l’heure d’aborder le troisième album du groupe.

Après un premier album solide et un second en béton armé, qui les plaçait en tête d’un rock certes passéiste dans le son cold mais d’une implacable efficacité moderne qui faisait mouche à presque tous les coups, j’avais craint un virage vers encore plus d’héroïsme et de son bigger than life. Ce que j’aime moins personnellement chez The Killers par exemple. Ce n’est pas là qu’ils sont allés donc. On sentait dès le single Papillon qu’ils iraient puiser aux sources même de leur inspiration, au tout début, à la genèse. A Joy Division quoi. Mais si on cite la légendaire formation de Manchester à tout va dès qu’il y a un peu de chorus sur un son de guitare, on oublie qu’elle est géniale parce qu’il y a là-dedans du sang et des tripes, un côté viscéral et foutraque qui cadre mal avec les productions plus froides qui s’en réclament (ou qu’on en approche).

On retrouve pourtant ce côté obsédant, mystique qu’on aime chez le groupe d’Ian Curtis le temps d’un Papillon qui pourrait presque passer pour de l’EBM au ralenti. Il est bien plus brut de décoffrage que le reste de l’album mais a le mérite d’annoncer la couleur de façon honnête. Et puis, rien à faire, on cède devant la puissance du morceau, qui certes fait le grand écart entre fureur à la Front 242 et hymne de stade mais le résultat est bien là avec d’inspirées guitares dissonantes. Mais on peut aussi dire que c’est le seul morceau de l’album à être complètement convaincant.

On peut très bien survivre à un manque de guitares mais quand il s’agit de la signature d’un groupe, le remplacement ne va pas de soi. L’évolution passe donc d’un post-punk froid à une new-wave à synthés qu’on apprécie moins par goûts personnels. Exit donc les riffs qui définissaient les morceaux. On retrouve bien une guitare en support efficace d’un Boxer mais ce sont les claviers à touches qui ont pris le dessus, ce qui leur permet d’autres fantaisies d’arrangement et de travail de texture comme sur Bricks and Mortar. Il faut quand même un peu d’accoutumance avant d’accepter tel quel le synthé de ce morceau. Son effet récurrent n’a pas l’air réglé de façon optimale mais c’est surtout le refrain et ses voix synthétiques qui font mal. C’est un héroïsme mal placé.

Il se passe encore d’étranges choses sur cet album. Comme la voix de fausset qui va à Smith comme un tablier à une vache sur The Big Exit ou Walk The Fleet Road. On savait que ce n’étaient pas les morceaux plus apaisés qu’on aimait le plus mais là, le procédé ne nous convaincra pas non plus. Des années ’80, ils ont repris certains sons vintage mais aussi une distance dans le son qui les rend un peu rétifs à l’émotion pure. Par exemple un Like Treasure me touche moins. On sent toujours que le chant est habité, mais les couches le protègent trop, tout comme sur l’étrange plaidoyer anti-carpaccio de Eat Raw Meat = Blood Drool.

You Don’t Know Love par exemple comporte quand même son lot de poncifs. De la basse aux nappes et aux chœurs éthérés, on ne voit que l’interprétation de Smith pour le sauver. Et puis le morceau quitte soudainement ses tics et sa langueur toc pour se lâcher un brin. Mais ce petit défoulement sur une fin de morceau nous laisse sur notre faim. Même les progressions d’accords sont modifiées. Il n’y a qu’à entendre la transition entre le couplet et le refrain de The Big Exit pour s’en convaincre. Et il faut dire qu’on ne s’est pas montrés convaincus, jusqu’à ce qu’une fois de plus, un surcroit d’intensité se cache dans le final.

L’intensité est une question de sensations. Il fallait juste constater que The End Has A Start fonctionnait fort bien et que leurs live remplissaient l’espace sonore de façon assez incroyable vu l’étendue somme tout limitée du line-up. On l’a d’ailleurs écouté d’innombrables fois et on sait par avance que celui-ci n’atteindra jamais de telles rotations à cause d’une densité en grands moments vraiment pas comparable.

La dérive pompière d’Editors ne s’est donc pas déroulée comme prévu. C’est déjà en soi un motif de soulagement. Mais il faut aussi dire qu’on a trouvé ça moins emballant que l’imparable second album (et le très bon premier). L’intérêt de cet album restera donc uniquement biographique. Remplacer des guitares par des synthés n’est pas un affaiblissement en soi, mais en privilégiant les ambiances eighties, on se rend compte qu’ils ont joué en dehors de leurs qualités. Ceci est sans doute une étape de leur évolution mais on attendra la suite en ne sauvant qu’un titre de cet album décevant dans son résultat.

Article écrit par Fred, Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • Editors - In This Light And On This Evening 24 octobre 2009 09:27, par Laurent

    Bref, trois étoiles de complaisance pour le "label Editors" plutôt qu’une note représentative d’un disque raté ? On n’a pas envie de sacquer un des premiers de la classe avant de voir ce qu’il fera au dernier trimestre ? Editors chouchous des profs ! Fayots ! Euh... copieurs !

    Bon, allez, j’admets qu’il y a des bonnes choses à part le single : Bricks & Mortar et son thème très "Terminator" notamment, mais aussi un morceau d’ouverture a priori prometteur et le chouette refrain de Meat Is Murder (ah non, ça c’est pas Smith, c’est Smiths). Je me répète, mais la mutation Joy Division —> New Order était tout ce qu’il y a de plus logique. En somme, les Editors ont perdu l’esprit de Ian Curtis (s’ils l’ont jamais eu) et surtout leur mojo.

    Mais, je me répète encore, le principal défaut de ce disque est, selon moi, son manque total d’humour. C’est vrai qu’au rayon cold-wave, c’est une qualité introuvable (The XX ou les White Lies ne sont pas plus fun) mais franchement, le chant est devenu très, très maniéré (genre "écoute-moi saigner")... et personnellement, quand Tom (?) Smith essaye de faire son écorché vif sur certaines chansons, je n’y crois pas du tout.

    Répondre à ce message

    • Editors - In This Light And On This Evening 3 novembre 2009 20:10, par Marc

      Il y a de ça évidemment. Il faut du temps pour assumer sa déception sans doute. Mais bon, ce système d’étoiles a ses failles, comme ce trou béant entre deux et quatre seulement rempli par un trois étoiles un peu passe-partout. Priorité au texte donc... Et puis quand un groupe qu’on a défendu déçoit, on a un peu l’impression de s’être fourvoyé, qu’on ricanait d’avance sous cape. C’est comme ça un fan (je ne pense pas en etre un d’Editors ceci dit), privilégiant la fidélité à l’objectivité.

      La grosse différence entre New Order et le New Editors, c’est quand meme le contexte. Ils ne pouvaient pas faire Joy Division sans Ian Curtis (ils ont juste repris Temptation) et ils avaient l’esprit défricheur et sont allés comme des grands voir du coté du dancefloor si les corbeaux les suivaient toujours (la réponse a été non). Ici, ils passent d’une influence années ’80 (celles de Joy, mais aussi Chameleons ou Echo And The Bunnymen) à une autre, celle du revival années ’80 (Ils deviennent quoi Departure et Bravery ?), plus pompier.

      Les musiques un peu noires sont souvent plombées par le manque d’humour en effet. C’est ce qui risque de les rendre ridicules quand c’est mal fait. Et difficile de jouer sur le décalage (Cure au milieu de leur décennie y est arrivé). Donc quand c’est plus prétentieux que touchant, c’est vrai qu’on n’a plus qu’à soupirer.

      Drôle d’année moi je dis...

      Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0