Accueil > Musique > 2009 > B R OAD WAY - Gang Plank EP

B R OAD WAY - Gang Plank EP

mardi 17 novembre 2009, par Marc

Quatuor attack


Encore un train rattrapé en marche. Celui des Français de BR OAD WAY (coquetterie de typographie) qui avec ce copieux EP de 8 titres (beaucoup ne se seraient pas privés d’appeler ça un album) publient leur troisième opus. D’après ce que j’ai compris, l’idée qui sous-tend ce Gang Plank est la rencontre avec le quatuor à cordes PLI. Et ils se sont offert un mastering aux légendaires studios d’Abbey Road.

Et on a beau ne pas avoir connu ce qu’ils ont fait avant (plus electro et expérimental d’après ce que j’en ai lu), on se sent très vite chez soi avec ce mélange un peu hétéroclite sur papier. Dès le premier morceau Absurdity, le son de violon donne l’impression d’un Massive Attack qui se serait réfugié sur le label Constellation (Thee Silver MT Zion, Do Make Say Think, ce genre).

Sur presque tous les morceaux, d’une longueur moyenne plutôt élevée, ils pratiquent le deux temps. Entendez que le démarrage est toujours placide avant que les choses sérieuses ne commencent, avec une pulsation, un violon au son toujours particulier, et souvent une bonne dose d’euphorie (Origamic). Ce procédé permet de belles montées en intensité, puisqu’indéniablement intensité il y a. Mais on attend parfois en vain une accélération, ce qui est bienvenu pour la variété.

Le phrasé n’est pas loin de certaines formes de hip-hop mais allez savoir pourquoi, il m’a aussi évoqué les passages déclamés de Ghinzu (Origamic). Ou alors on pense à ce qu’aurait pu faire un Venus (sauf que…). Parfois même le chant semble échappé du Manchester des années ’90 et ce n’est pas le seul élément du genre puisqu’on aurait pu également y trouver l’arpège de Cunning. Lequel fonctionne aussi très bien avec son violon paniqué dans une transe frénétique

Dans un grand pays comme la France, il y a forcément de tout. C’est moins emballant que n’essaient de nous faire croire les Inrocks mais plus gratifiant que ce que la ronronnante chanson française laisse à écouter. De toute façon ici, on n’est jamais loin d’une aristocratie canadienne, même si on n’a pas le côté occasionnellement plus joyeux et débraillé d’outre atlantique, ni la volonté d’hymne (les mélodies ne restent pas en tête). Le chant est en effet peu démonstratif et l’ensemble finalement discret, jouant plus sur ses qualités d’ambiances (la torpeur d’un Nobody). A vous d’aller à leur rencontre donc. Parce que si la difficulté n’est jamais de mise, ils ne parent pas leurs morceaux d’atouts fluo.

Seb vous avait parlé en début d’année de Jon Hopkins qui réussissait à mêler l’organique et le synthétique, le beat et la délicatesse du violon et du piano. Voici ma proposition de fusion. Mais si le résultat n’est pas aussi exceptionnel et dans un genre radicalement différent, il semble aussi naturel. Naturelles aussi semblent les citations de Thoreau ou Emerson puisque ne pas les identifier ne diminue pas le plaisir d’écoute. Mélanger des textures plus urbaines et un quatuor à cordes est donc un mélange qui marche sur la longueur sur cet EP qui dégage une personnalité indéniable.

http://www.myspace.com/broadway6am.com
http://www.myspace.com/quatuorpli

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membre de C’Mon Tigre dont on vous a parlé récemment) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)