Accueil > Musique > 2009 > The Hidden Cameras - Origin : Orphan

The Hidden Cameras - Origin : Orphan

jeudi 26 novembre 2009, par Marc

Contre-emploi


Il me semblait bien que cette année était moins chargée en groupes canadiens. Ce n’est pas grave hein, c’est juste une constatation alors qu’on commence tout doucement à rassembler ce qui nous a plu en 2009.

Il semblerait qu’une composante importante de l’intérêt des Hidden Cameras réside dans le joyeux décalage entre des textes un peu borderline et un esprit plus léger et festif, lequel marche indéniablement en concert. La sensation est étrange de cette voix qui se voudrait sombre et profonde alors qu’elle a donné sa pleine mesure dans l’insouciance ironique.

Ils n’évitent pas toujours un côté répétitif et monotone qui les avait déjà desservis par le passé (Colour Of A Man, A Little Bit). C’est donc parfois un peu plat, et sur la longueur d’un album on passe par des phases de relative torpeur où l’oreille de l’auditeur passionné (c’est moi ça mais je sais que c’est vous aussi) n’est attirée que par peu de gimmicks emballants. A la relecture de ma critique du précédent Awoo, c’était déjà le cas par le passé. C’est sans doute ce qui fait que ceci est un album ambitieux, un peu tordu (on pense aux Islands récents) mais n’est pas une source d’émerveillement.

Mais si cet album n’est pas médiocre, c’est qu’il y a des moments plus denses. Par exemple Walk On propose un gros abattage, avec section de cuivres en renfort. La voix et sa distanciation peuvent paraitre un peu décalées mais le tout fonctionne indéniablement. Auparavant, l’insouciance n’était certes que de façade, mais ici certains morceaux sont plus frontalement inquiétants comme celui-ci. Ou alors plus classiquement (pour eux) enlevés comme In The NA.

Ils se font par moments plus intrigants avec le gimmick de guitare de la plage titulaire. C’est en effet un peu moins gentil que leur production courante et apporte un peu de consistance, ce que vient renforcer la présence moins guillerette des cuivres alliés aux guitares à la fin. Mais on sent quand même le léger contre-emploi, dans la voix par exemple. Ce qui fait que sans la légèreté et sans générer une émotion supérieure, on se demande où ils veulent en venir même si le morceau n’est pas dénué de qualités.

Ils enchainent assez étrangement avec un morceau plus pop avec chœurs hou-ha-hou et mélodie naïve, et The Little Bit va encore plus loin dans leur façon plus habituelle. Mais quand ils s’en échappent le temps d’un slow convaincant (Silence Can Be A Headline), c’est toujours un bon moment qui nous attend. On a un album à plusieurs couleurs, de telle sorte que l’humeur sera rarement à même de suivre ces virevoltants revirements d’ambiance. Ce qui rend les morceaux plus délibérément positifs comme Underage comme presqu’incongrus.

Ce n’est pas moi qui ferai à qui que ce soit le reproche d’un virage sombre mais on ne peut pas dire que ce soit la meilleure idée pour The Hidden Cameras. Certes ils arrivent encore a sortir de bons morceaux tout en s’eloignant de leur style habituel, mais ils n’ont pas encore la cohérence et la constance qui permet de faire des albums convaincants de bout en bout.

http://www.myspace.com/hiddencameras

Article Ecrit par Marc

P.-S.

En guise de récompense, allez faire un tour chez le Man Of Rennes (il y a toujours une bonne raison d’y aller) qui soumet In The Na à votre admiration sans bornes

Répondre à cet article

1 Message

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)