Accueil > Musique > 2009 > Mrs Okkido - Mrs Okkido

Mrs Okkido - Mrs Okkido

lundi 21 décembre 2009, par Marc

Free pop


Une fois n’est pas coutume, c’est dans une musique plus difficile que nous allons plonger. Pas dans le joli folk mélodique qui prend l’auditeur par la main. Parce que la musique de Mrs Okkido est tout en ruptures de ton, avec un maniement de la cassure qui montre une belle santé et une maitrise de tous les instants.

Sea Changes commence sous des auspices plus calmes mais comme le titre semble l’indiquer, on va subir des vagues, du gentil clapotis au plus inquiétant. Leurs occasionnelles aspérités ne gomment pas la musicalité des morceaux. Et dans bien des cas, la rythmique vient tout supporter. Certes, le chant de Toys n’est pas sifflotable en l’état mais il se fond dans cette ambiance moite, tendue qu’un solo vient relancer. D’ailleurs, si la voix est souvent parfaitement a sa place, son absence sur ce morceau (qui alors se rapprocherait de Tortoise) ne m’aurait pas gêné, au contraire. Pourtant cette voix (celle de Lynn Cassiers) est une des attractions de cette musique, et c’est elle qui permet ces transitions abruptes, cette alternance de caresse et de claque.

Mais le risque c’est de pousser le procédé trop loin, ce qui nous donne des phrasés un peu casse-bonbons (Our Tender and Cosy Shit, alors que les passages instrus sont intéressants), et un français pas a l’aise sur un texte pas passionnant (C. Jane) qui m’ont donc plus lassé. Donc il y a pour l’auditeur inhabitué matière à étonnement, voire à irritation.

Quand un Mars Volta mêle des bouts de rock épique et de plein d’autres choses pour les amener le plus loin possible de leur origine avec un résultat qui pour moi est occasionnellement fascinant mais globalement crevant (un concert m’a semblé une vraie épreuve), Mrs Okkido profite de son visiblement gros bagage technique pour essayer de pousser les morceaux dans leurs deniers retranchements. Trop parfois. Mais on ne sent ici aucune recherche de la performance, un Canyon Sous La Neige veut installer une torpeur et y arrive. De même, Le Menteur distille sa petite musique un peu claustrophobe et inquiète là où un Beetle’s Pregnancy installe des climats de langueur, avec une belle voix qui débite des bouts de mélodie un peu à contre-courant. Ils sont donc très à l’aise pour installer des paysages sonores (I See Your Face).

Comme on pourrait s’en douter, le background des musiciens regroupés autour de la saxophoniste marseillaise Audrey Lauro, est plutôt free-jazz, ce qui explique leur total manque de complexes vis-à-vis des expérimentations, ainsi que leur dextérité. D’un point de vue externe à ce milieu (je n’écoute pratiquement jamais de jazz, c’est moche mais c’est comme ça…), on pourrait dire aussi que c’est de là que vient leur goût de prendre l’auditeur à rebrousse-poil.

Pas tout le temps, mais parfois, j’aime me frotter a des groupes qui sortent des schémas traditionnels de la folk ou de la pop ou du rock. Bien évidemment, l’humeur ne s’y prête pas toujours, ce qui explique sans doute le délai qu’il m’a fallu pour arriver au bout de cette chronique. Mais une fois passé le cap de la première écoute, c’est un album sur lequel on aime revenir par touches. Cette critique a tellement trainé qu’une vraie connivence s’est installée. Ces circonvolutions compliquées s’apprivoisent sur la longueur, et si l’aspect parfois expérimental empêche de tout apprécier, il y a assez de grain à moudre pour le critique fourbu par une longue année. Faites plaisir à votre tête, surprenez-là avec Mrs Okkido.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Piles - Una Volta

    Il y a des noms qui n’évoquent guère avant qu’on ne les croise dans des projets emballants à très courts intervalles. Ce projet à trois batteurs, Guigou Chevenier, Michel Deltruc et Anthony Laguerre se place en effet dans le sillage du Club Cactus dont on vous a parlé récemment. D’autant plus que le dernier nommé est membre des deux formations et de Filiamotsa. Mais à l’inverse des deux autres groupes, il n’y a pas d’invités vocaux au programme. Il y a bien quelques extraits sonores sur Materials in Us (...)

  • The Defigureheads - Chaos and Cosmos

    Si les noms de groupe issus de chansons célèbres sont légion (de dEUS à Radiohead en passant par Sisters of Mercy), je ne parierais pas que The Defigureheads fasse référence au légendaire album de The Cure. Parce que le genre pratiqué est un rock très teinté par les années ’70. Donc ce n’est l’originalité qui prime mais la compétence et la passion. Et sur ces deux fronts, le trio français répond à l’attente.
    Dans le genre, on s’est habitués au versant psychédélique et stoner du genre et ce n’est pas (...)

  • Björk - Biophilia

    J’aime, j’aime la vie
    Dans la musique de Björk, il a toujours été question de recherche : la quête d’un équilibre parfait entre sa soif d’explorations sonores et son profond enracinement pop. Comme les deux facettes d’une personnalité schizophrène, tantôt la chanteuse a-t-elle gardé les pieds sur terre, tantôt s’est-elle laissé dominer par ses délires visionnaires. Et si sa discographie, toujours exigeante, est à peu près exempte de reproches, l’équilibre a rarement été atteint. “Debut” et “Post” : trop (...)

  • Blanck Mass - Blanck Mass

    Dans « abscons », il y a « abs »
    Soyons fou et allons loin dans l’intime. Juste entre nous, j’ai un aveu à vous faire, un gros défaut à confesser : j’ai horreur d’attendre. Faire la file, tout ça... pouah ! Très peu pour moi : c’en est maladif. Vous allez me dire que dans le domaine de la production musicale, il faut justement savoir se montrer patient : sentir poindre l’excitation en attendant la sortie d’un nouveau disque, laisser à un artiste le temps de mûrir, donner la chance à un album de nous (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)