Accueil > Critiques > 2009

The Album - EP

dimanche 22 novembre 2009, par Marc

Lancement


Dans la grande famille des combines pour ne jamais se faire débusquer par Google, en voici une nouvelle : appeler son groupe The Album. C’est la solution de discrétion trouvée par ce duo belge, formé de David et Yann (ancien d’Austin Lace).

Comme souvent chez un groupe à l’histoire récente (il s’est formé en 2008), on retrouve dans ces 5 titres plein d’influences, parfois disparates, mais générant une belle variété. Il faut donc aborder l’écoute en ayant résolument le regard porté sur le futur, celui qui verra le tri, la direction première. Parce qu’il y a pas mal d’influences et d’idées là-dessous. Comme chez pas mal de formations du moment, on peut croiser un mélange de volonté pop et de son plus brut. Ce n’est pas aussi poussé et univoque que chez Girls par exemple. Mais cet entre-deux, qui pourrait passer pour de l’indécision, crée un mélange réussi. C’est ainsi que Vicious Eyes fait bien de ne pas choisir entre la balade qui pourrait résister à un traitement complètement acoustique et le brouillard sonore. On sent en ça leur gout pour une certaine forme d’indie (celui des nineties) qu’on retrouve en filigrane au long de ces 5 morceaux.

A l’inverse, certaines guitares ne et cristallines. Celles de Go Ahead Cry semblent sorties de groupes comme The Smiths ou autres Chameleons. Et on retrouve un gimmick ensoleillé pour relancer Hard Rocks. Mais j’aurais aimé une explosion plus franche, plus africaine encore, comme le réussissent Vampire Weekend, The Very Best ou Yeasayer dans un genre proche. Il y a sans doute une voie à creuser par-là.

Je m’en voudrais de passer sous silence qu’ils ont été lauréats chez Pure Demo, la plate-forme de découvertes de la radio Pure Fm. C’est déjà une petite référence qu’ils se sont offert là.

Ceci est un premier Ep d’un duo. Il y a encore beaucoup de pistes, beaucoup de choix importants à faire, un tri nécessaire mais je pense que The Album est à suivre. Parce qu’au bout du compte, c’est leurs inclinations de musiciens qui devront rencontrer nos inclinations d’auditeurs passionnés. Ce site est fait pour ça.

_http://www.myspace.com/thealbumtheband

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)