Accueil du site > Musique > Concerts > Port O’Brien, 20/11/2009, Botanique

Port O’Brien, 20/11/2009, Botanique

mardi 24 novembre 2009, par Marc

Feu de camp a la Rotonde


Même si les concerts se font plus rares pour moi, certains ne se laissent pas passer. Retour au Botanique donc, pour un des groupes qui est devenu une de mes valeurs sures en moins de douze mois.

Trois groupes au total, c’est ce qu’on a eu l’occasion de voir. Tout a donc commencé avec les trois barbus de Caroline Megafaun. Certes il n’est pas trop original a l’heure actuelle de reposer un folk sur des harmonies vocales a la Fleet Foxes mais il faut en convenir, il est 20h et on entend déjà de fort belles choses. Leur sympathie naturelle, leur americana balance avec ferveur, voilà l’échauffement dont on avait besoin. Et puis on est dans une Rotonde toujours aussi accueillante et qui pousse a intimité. Après une incursion de banjo dans le public tout proche, ils débranchent tout pour un morceau au cœur d’un public qui savoure le moment. Ça commençait bien on vous dit.

Ce qui commence très bien, c’est le set suivant du duo féminin suédois First Aid Kit. Très très bien même. Puis la magie s’effiloche dans du légèrement plus anodin, puis se retrouve par à-coups. La seconde voix, qui joue aussi du synthé, chante de façon plus intéressante mais c’est la guitariste qui tient le devant. Elles ne résisteront pas non plus a un final dans le public, pour une reprise des Fleet Foxes, idée un peu casse-gueule. De mémoire, il s’agit de Tiger Mountain Peasant Song et elles s’en sortent plutôt bien.

C’est donc dans de franches bonnes dispositions qu’on attend port O’Brien. Si le concert caniculaire du Pukkelpop n’était pas parfait, le récent Threadbare sorti depuis m’a donne envie de les revoir dans les meilleures conditions. Et quelles meilleures conditions que cette sale je vous le demande ? Arrivés peu avant pour entamer leur tournée européenne, on sent un peu de fatigue. Mais une foi intacte et des morceaux qui parlent eux-mêmes. Quand on peut passer du toujours frais The Fisherman’s son a des incursions électriques du plus bel effet ou de My Will Is Good à des douceurs comme Oslo Campfire ou le très Neil Young Calm Me down, on peut se laisser porter par son répertoire. Le leader Van Pierszalowski et ses acolytes donnent tout en tous cas. Évidemment, la co-fondatrice du groupe Cambria Goodwin est toujours délicieusement à coté, genre leçon de solfège, chante en-dedans et se barre toujours avec son sac quand son rôle est terminé, mais comme le résultat du groupe a un cœur gros comme ca, c’est une pure source d’amusement.

Même s’ils n’ont pas transbahuté leur arsenal de casseroles depuis San Francisco, ils font beugler le public sur le très partageur I Woke Up Today avant de s’éclipser quelques secondes pour donner l’impression de faire un rappel. On retiendra donc ces Port O’Brien qui ont confirme dans un contexte favorable le bien qu’on pense d’eux sur disque.

[Megafaun]

[First Aid Kit]

[Port O’Brien]

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

1 Message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0