Accueil > Critiques > 2009

The So So Glos - Tourism/Terrorism

lundi 28 décembre 2009, par marc

Sur l’instant


Cette fois, je pense que c’est vraiment la dernière critique de cette longue année (c’est ma 112ème). Et on la termine dans l’énergie. Et la joie qui en découle.

Parce que ce groupe de Brooklyn produit un joyeux bordel qui provient de la conjonction d’un rock poisseux et d’un son indie. Avec un bon esprit en sus et une influence anglaise indéniable. Alors oui, c’est de la chouette musique de sales gamins dont les références obligatoires pour ceux qui comme moi en manquent en la matière, les Libertines et Clash. L’allusion aux premiers est encore plus patente quand le tempo se ralentit sur Love Or Empire. Et le spectre des seconds ressurgit le temps d’un Isn’t It A Shame.

La voix éraillée peut aussi faire penser au folk fort énervé de Two Gallants (Throw Your Hands Up). Leur force de frappe, forcément un peu cra-cra se trouve dans ces morceaux. On pense donc aux premiers morceaux des Libertines, sans peut-être l’occasionnel génie mais sans l’obligation de génuflexion devant l’orthodoxie indie. Parce que ce groupe-ci sort de nulle part avec un album sorti il y a belle lurette en auto-production et qui n’a pas vraiment eu d’écho retentissant. Et c’est un peu dommage parce que ces petits albums sont vraiment indispensables. Pas pour les ressortir en 2023 avec une patine prestigieuse, mais parce que c’est cet esprit-là qu’on aime titiller de temps en temps.

Imaginez un Rural Alberta Advantage qui mettrait de la disto, tout en gardant son sens mélodique affirmé. On a donc de petits hymnes beuglés avec une belle santé avant qu’une guitare acérée vienne porter l’estocade (Execution). Mais ce très court album (ou long EP, la différence n’a pas d’mportance) ménage aussi bien des moments de respiration comme les deux versions de There’s A War que des sorties de leur format compact pour prendre un peu d’ampleur sur Underneath The Universe.

J’ai cette habitude de m’attacher aux albums avec le temps, de les incorporer progressivement à mes habitudes. Tourism/Terrorism est un petit disque nerveux à souhait sur lequel pour une fois on n’a pas envie de faire des caisses, mais simplement recommander à ceux qui comme moi ont besoin d’une petite pastille vivifiante de temps en temps, quitte à l’oublier peu après.

http://underneath-the-universe.blogspot.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)