Accueil > Musique > 2010 > Yeasayer - Odd Blood

Yeasayer - Odd Blood

mardi 16 février 2010, par Marc

Cultivons la singularité


Quand un groupe assez inclassable évolue vers un style un peu différent mais tout aussi inclassable, il ne faut pas s’étonner si l’auditeur est un peu déconcerté. C’est un peu ce qui se passe à l’écoute du second album de Yeasayer. Comme souvent, je me suis empressé de réécouter ce premier album, qui faisait la part belle aux arrangements des voix, enregistré très vite et longuement retravaillé. Et on peut dire qu’avec un peu de recul, All Hours Cymbals a bien vieilli.

On retrouve quand même pas mal d’éléments de ce premier opus. D’autres ont un peu cédé le pas, comme le folk hippie, dont il ne reste plus de traces que sur un Grizelda. Contrairement à leurs coreligionnaires d’obédience folk, ils appuient tout par une rythmique plus présente et un son plus compact. Cet Odd Blood commence par une pop synthétique avec des voix noyées. Noyées d’effet ? Non, elles semblent venir d’en-dessous de l’eau. Le morceau The Children n’est donc pas passionnant en lui-même, mais annonce le ton. Qui sera très vite appliqué dans des exemples bien plus réussis. Lesquels approfondissent une des veines du premier album, et nous avait déjà donné l’excellent 2080.

Le single Ambling Alp avait montré à quel point ils avaient étoffé leur son. On le retrouve avec autant de plaisir ici. C‘est catchy (basse impeccable), original, foisonnant (les discrets ajouts sonores synthétiques, les chœurs tripatouillés) sans être écœurant. Et un morceau comme Madder Red pousse encore plus loin cette voie, en plus lourd et moins sautillant, certes, mais avec la même assurance. C’est dans ce type de morceaux qu’on se rend compte de leur singularité, de leur capacité à sonner familier d’emblée sans ressembler vraiment à rien de précis.

Pourtant, on peut se risquer à quelques rapprochements. Par exemple, ONE est de ces morceaux comme pourraient en faire Hot Chip s’ils décidaient de prendre des vitamines. Et si je suis moins inconditionnel de leur pop sur Love Me Girl, je me suis souvenu d’Of Montreal. Plus intéressante, la fièvre de Mondegreen semble en mesure de tailler des croupières à Tv On The Radio. Enfin, certaines intros m’ont fait penser aux instrumentaux de Bowie période berlinoise. L’aspect solaire en sus.

J’ai au final beaucoup écouté cet album mais je ne suis toujours pas parvenu à le définir. Ce n’est pas mon but dans la musique en général, mais je dois bien dire que d’un creuset original (la matrice de départ), ils sont arrivés à sortir un album moins disparate que le premier, plus régulier et mélangeant toujours spatial et solaire. Déroutant parce qu’assez inclassable, ou alors à la croisée de tellement de choses. Finalement, on peut dire qu’ils ont trouvé ce que tant de formations recherchent : un style et une personnalité propre.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Yeasayer - Odd Blood 17 février 2010 08:29, par Laurent

    Personnellement, j’entends beaucoup dans cet album - en particulier dans sa seconde moitié - l’influence consciente ou non des garçons coiffeurs eighties tels que Duran Duran, Human League ou encore Tears For Fears. Ça pourrait faire fuir mais je trouve le résultat, au final, plutôt attachant.

    repondre message

    • Yeasayer - Odd Blood 17 février 2010 10:24, par Marc

      Cet aspect m’avait un peu échappé comme j’étais plus braqué sur leur premier album et sur la scène indie actuelle. Mais c’est vrai que ces références sont pertinentes quand on le réécoute avec cette idée en tête.

      repondre message

    • Yeasayer - Odd Blood 16 avril 2010 13:23, par mmarsupilami

      C’est marrant, comme Marc, à l’occasion de ma chronique très tardive, me fait remarquer qu’il y avait une chronique ici aussi, je viens la (re)lire et la référence de Laurent à Duran Duran et aux garçons coiffeurs me fait rire puisque je termine juste une comparaison moins flatteuse et plus vacharde avec Nick Kershaw et a-ah...
       :-DD

      repondre message

  • Yeasayer - Odd Blood 25 décembre 2010 07:42, par Robja

    Ce groupe incarne -à mon avis- la musique du XXIème siècle. Il m’a fallu plusieurs écoutes, plusieurs allers et retours pour cet album (idem pour le premier. Je trouve d’ailleurs que 2080 est vraiment interstellaire). C’est une musique, il me semble, qui nécessite une sorte de rite initiatique afin de pouvoir y accèder. Cela n’a rien d’ésotérique mais quelque chose fait qu’il y a d’abord une sorte de barrière à réperer puis à pouvoir bousculer. C’est l’impression que ça m’a fait en tout cas. Sinon, il y a un groupe qui leur ressemble un peu, c’est Fool’s Gold.

    repondre message

    • Yeasayer - Odd Blood 26 décembre 2010 16:28, par Marc

      Cet album de Yeasayer comporte en effet pas mal de niveaux de lecture. Si on le place dans la prolongation du premier, on constate surtout un son plus franc, un certain abandon de références weird folk. Mais on peut aussi l’aborder par l’autre versant, et constater des références eighties. Je ne sais pas si cette musique réclame une initiation, mais c’est certain que sans avoir jamais écouté aucun groupe tordu actuel (d’Animal Collective à Deerhunter), on risque d’entendre quelque chose de très différent.

      repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)