Accueil > Critiques > 2010

Basia Bulat - Heart Of My Own

lundi 1er février 2010, par Marc

Aplomb


A l’instar des albums, les critiques d’albums peuvent mettre du temps à trouver leur public. L’article consacré à Oh, My Darling avait ainsi vu le nombre de ses lecteurs augmenter au fur et à mesure de la notoriété de la chanteuse de London, Ontario. Gageons que ce second essai frappera plus vite et plus fort.

Parce que si une des forces de Basia Bulat, c’était de soulever certaines chansons au-dessus d’une certaine complaisance de lenteur folk, elle revient avec une envie encore plus grande. Il y avait ce somptueux Snakes And Ladders qui me l’avait fait connaitre une froide journée fatalement déprime de 2 janvier (c’était il y a trois ans), elle entame maintenant son nouvel album par le morceau le plus galvanisant, comme pour signifier que son retour se fera par la grande porte. Et on est tout près de le croire. Ce Go On place ses violons comme il faut sur une batterie qui cogne plus dur que chez ses coreligionnaires folk. Le second morceau, Run, montre qu’elle compte toujours sur sa capacité à faire balancer un morceau en trois temps pour laisser reposer le moteur. Mais pas sa voix qui a toujours autant d’allant. Voilà, elle nous a reconquis.

Le cap du second album est difficile souvent mais on sent qu’elle a utilisé son expérience grandissante pour améliorer les détails, la production (sans doute utiliser un meilleur studio aussi). C’est donc un peu moins intime que par le passé. Mais toujours aussi personnel.

Mais il n’est pas question de complaisance, juste de confiance. Qui lui permet aussi de créer une intimité. Ce n’est certes pas révolutionnaire et n’écrira pas l’histoire, mais est à même de fournir du plaisir d’écoute, ici et maintenant. On ne la trouve donc jamais dans le mid-tempo facile qui pourtant lui permettrait d’être plus facilement passable à la radio, à l’instar d’une Amy Mc Donald, avec une jolie voix mais bien plus anodine.

Des mélodies accessibles sont toujours bonnes à prendre (Once More, For The Dollhouse). Les moments plus calmes sont aussi très bien maitrisés, comme ce Sugar And Spice relevé de judicieux violons. A l’opposé, un Gold Rush prend ses aises, mais ne semble tenir que sur son enthousiasme. Entre les deux il y a la balade classique Heart Of My Own, pour montrer qu’elle peut balayer un spectre plus large.

Finalement, parmi les kilopelles de chanteuses folk qu’il est possible d’écouter à notre époque de large diffusion, Basia Bulat confirme son talent singulier. Aucune révolution dans le fond ou la forme, mais un aplomb qui fait plaisir à entendre. C’est ce qui nous la rend attachante.

http://www.myspace.com/basiamyspace

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)