Accueil > Musique > 2010 > Delphic - Acolyte

Delphic - Acolyte

lundi 11 janvier 2010, par Fred, Marc

Décalqué


Quand un groupe sonne trop clairement comme un autre, cette envahissante comparaison peut nuire au plaisir, voire même au discernement. Par exemple, j’ai au début tellement associé Interpol à Joy Division que j’ai trouvé Antics bien mièvre. J’ai depuis révisé mon avis et trouvé des qualités propres à la bande de Paul Banks.

Au début donc, l’ombre de New Order plane tellement au-dessus des Delphic que cette décalque semble un peu inutile. Cette impression est née après trente secondes de concert du Pukkelpop. Les éruptions de guitare, le son de cette guitare (Doubts), les gimmicks de voix samplée, il ne manque aucun bouton de manchette dans leur costume pour être le tribute-band idéal, pas même une origine de Manchester. Etrangement, c’est le son tellement caractéristique de la guitare qui est connoté, pas celui pourtant mille fois copié de la basse de Peter Hook.

L’autre défaut potentiellement rédhibitoire, à savoir des morceaux interminables qui pourtant ne commençaient jamais vraiment, est moins patent ici que lors de leur prestation sur la plaine limbourgeoise : parce qu’on peut faire autre chose que se balancer mollement une bière à la main. Ce n’est pas de la musique taillée pour la scène si vous voulez mon avis et c’est en tant qu’accompagnement qu’elle prend son sens. Parce qu’elle n’est pas assez vitaminée pour viser le dancefloor ou assez complexe et travaillée pour être évocatrice. On sent néanmoins que plusieurs morceaux pourraient clairement servir de terrain de jeu à quelques remixers (Boyz Noize, 2 Many Dj’s, Optimo, M.A.N.D.Y., un peu tous les genres). Donc c’est en « support » que je l’ai le mieux appréciée. Quoi qu’il en soit, certains morceaux peuvent toujours apparaître comme longuets (Counterpoint).

Vous avez compris qu’il y a les limitations d’usage. Et d’un strict point de vue plaisir d’écoute donc ? La musique de Delphic est de celles qui ne vous laisseront jamais perplexe. C’est uniformément bien emballé, et ils ne s’aventurent pas dans des styles qui ne leur conviennent pas et certains morceaux sont sortis de leur torpeur linéaire par des soli de guitare.

La plage titulaire, semblant lorgner du côté du premier The Fields, aurait également profiter de plus de concision. Ces 8 minutes paraissant en comporter 3 de trop. Le retour de la voix sur le morceau (Halcyon dont la progression initiale pourrait se trouver sur le dernier Bloc Party) suivant nous fait constater qu’elle ne nous avait pas manqué. Et que les refrains légers et poppy, ce n’est pas trop notre truc. Les chants trop diaphanes de Remain non plus d’ailleurs. A moins qu’ils ne soient plus abstraits comme sur This Momentary qui lui peut, si on utilise son chausse-pied à références, évoquer Underworld. D’une manière générale, le chant de Delphic manque de charisme, ce qui constitue un certain handicap. La voix est agréable mais assez quelconque et manque de présence et de tripes. L’interprétation trop en retrait, ne créera pas l’émoi. On terminera en disant que ça se prend aussi parfois pour du Fischerspooner (le début de Clarion Call, les claviers, les voix doublées délicates).

Donc ils arrivent à sortir du carcan eighties avec un certain bonheur. On s’éloigne de l’hommage dans ces cas-là. On reste donc partagés entre l’idée que ça n’apporte rien de neuf mais que c’est au moins aussi bon que les dernièreslivraisons de New Order. Qui n’étaient pas loin s’en faut les meilleures je vous l’accorde. On a bien déjà entendu ça et là quelques petits cris enthousiastes à l’évocation de Delphic. Si le produit est très loin d’être toxique et se révèle même fort agréable à l’oreille, il ne fait qu’un peu dépoussiérer ce que d’autres ont au moins aussi bien fait il y a 20 ans en ajoutant un son qui s’inspire parfois de tendances actuelles de l’électronique. C’est ce qui condamne cet album à une postérité pour le moins problématique mais ne devrait pas vous décourager de l’écouter ici et maintenant.

http://www.delphic.cc/

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)