Accueil > Musique > 2010 > Seabear - We Built a Fire

Seabear - We Built a Fire

lundi 1er mars 2010, par Marc

Comme si de rien


Les bons albums pop et légers, c’est finalement une denrée rare. On l’a déjà dit, le cahier des charges est drastique et un peu ingrat puisque ce sont souvent ceux qu’on oublie le plus souvent. Mais quand ils sont attachants, ces albums passent souvent dans nos oreilles, comme ceux de Vetiver l’an passé qui a laissé peu de souvenirs de ses nombreuses écoutes. Le deuxième album de ce groupe islandais devrait laisser plus de traces.

Ce qui déconcerte, c’est cette discrétion frénétique, qui rend un peu inaperçue leur luxuriance. Les voix, qui défendent de jolies mélodies un peu éthérées, sont délicates et très peu voyantes. Sur un Cold Summer, elles peinent à retenir l’attention. Donc, c’est vraiment au fur et à mesure des écoutes que j’ai pu tendre l’oreille pour en saisir toutes les subtilités et richesses de cet album qui est presque destiné à être sous-estimé. La discrétion est une arme à double tranchant. Elle les rend très sympathiques, mais le risque est grand de voir une partie de leur public potentiel ne pas aller jusqu’à eux. Ceux pour qui Belle And Sebastian est la limite en matière de violence sonore, il y a de quoi faire. La seconde partie de l’album est ainsi un peu plus exaltante. Ils terminent par un Wolfboy qui est un peu ce que pourrait faire Arcade Fire s’ils étaient un groupe modeste. Dans le genre, je les trouve plus constants qu’un Fanfarlo.

Autre bon point, le tempo n’est pratiquement jamais mollasson. Et ils se permettent même des accélérations du côté de Fire Dies Down. Parfois une rupture de rythme vient perturber un morceau. Mais plutôt comme une version placide des premiers My Latest Novel (We Fell Off Te Roof). On se laisse guider par la linéarité du rythme de Softship ou Warm Blood qui présente même un peu de guitare en liberté, mais toujours placée discrètement dans le mix. On notera aussi des cuivres judicieux sur Lion Face Boy.

Cet album passe parfois sans qu’on s’en rende bien compte. Ce qui est une qualité finalement, quoiqu’on en dise. Pour les crève-cœurs ou les folles expérimentations, on sait qu’on peut aller voir ailleurs. Je mentirais si je disais que ce groupe figure dans ce que j’ai entendu de plus marquant récemment, mais il faut avouer que cette musique douce et enlevée, digeste et diaphane, est précieuse. Comme un verre d’eau qui désaltère de l’alcool (image empruntée à un inavouable Pierre Louÿs), il faut boire du Seabear de temps en temps.

http://www.myspace.com/seabear

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)