Accueil > Musique > 2010 > Xiu Xiu - Dear God I Hate Myself

Xiu Xiu - Dear God I Hate Myself

vendredi 5 mars 2010, par Fred, Marc

Le poids des sentiments


Evidemment, quand la musique se fait moins caressante, c’est la subjectivité qui prend le pas. Et on est bien seul pour décider si ce qu’on écoute est juste mal foutu, ou novateur, ou une arnaque. Quand vient le moment de communiquer ses impressions (un peu le but de ce site), on se doit de faire confiance à son instinct et à l’expérience.

On ne les connait que depuis l’album précédent, mais on n’a pas hésité une seconde à se plonger dans cette suite.

Si vous êtes novices, le premier morceau pourra vous induire en erreur sur leur accessibilité. Mais c’est quand même bien vu de leur part de commencer de façon plus plaisante. Pour les habitués, on est presque surpris d’être aussi à l’aise. Sans doute que les tempos qui ne se relâchent pas nous aident un peu. Des morceaux semblent même sympathiques dès le début (House Sparrow), avec ses nappes de synthés, ses sons de guitare froids et quelques des gimmicks bien sentis.
Comment une pulsation continue peut-elle s’immiscer là-dedans ? On a un peu l’impression que l’attente de montagnes russes se transforme en balade ensoleillée. Ce n’est pas désagréable, mais l’organisme s’était préparé.

On accueille donc la complexité d’un Hyunhye’s Theme presque avec soulagement. On est tordus quand même, d’attendre cette comptine dévoyée, ce Disney interrompu par des extraterrestres.

Evidemment, votre sympathie à l’égard de Xiu Xiu dépendra de l’acception ou l’aversion que vous éprouvez pour la voix de James Taylor. Si son timbre de Scott Walker inquiet et survolté vous dérange, ça ne peut pas marcher. Le pathos dans sa voix douce évoquera Peter Gabriel aux fans qui se seraient aventurés dans ces contrées étranges. On n’est pas loin de considérer pourtant que c’est une des attractions de la formation. Et avec son décalage, un morceau presque country-rock devient étrange (Cumberland Gap).

Feu d’artifice ou point culminant, la plage titulaire sort du lot, plus frontale, plus conventionnellement interprétée à première vue.

Cet album nous rappelle encore une fois que rien n’est interdit, les sons electro côtoient les guitares acoustiques et les violons, le tout avec une belle santé, et une intro de piano peut aussi bien faire l’affaire (The Fabrizio Palumbo Retaliation). Et un tempo plus élevé n’interdit pas des moments d’intensité sur Secret Model.

La clôture arrive après 12 morceaux. On aime bien l’intensité du final Impossible Feeling, que n’aurait pas renié les Cloud Cult (toujours pas de concerts hors des USA ?)

On sent le groupe mature (c’est leur 7eme album studio aussi, si on a bien compté), soucieux de ménager l’auditeur sans rien compromettre de sa spécificité. On profitera donc de l’accessibilité d’un Chocolate Makes You Happy, de l’aspect plus plaisant, presque pop de This Too Will Pass Away. On appréciera qu’ils arrivent à maintenir cet équilibre toujours difficile à trouver entre musicalité et approche originale.

On a beau le retourner dans tous les sens, on en revient au subjectif : on aime bien. On aime être touchés, on aime être surpris, on aime être malmenés. Xiu Xiu réussit tout ceci mais seulement au prix d’une certaine patience, d’un certain investissement personnel.

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk poisseux, celui qui sert de base à des formations du coin comme The Rapture ou LCD Soundsystem. Listons (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)