Accueil > Critiques > 2004

Electric Six : Fire

jeudi 10 août 2006, par marc


Un album en deux temps, ou plutôt en deux tons.
Les pires moments font penser à des gros mots comme Iron Maiden ou The Darkness. Eh oui, on en est là, avec des accents... dance. C’est musclé, gras et pas très fin (Naked pictures of your mother).

Mais, bizarrement, l’hybridation prend parfois, et là c’est vraiment convaincant. Cette réussite intervient quand le funk (Improper dancing), le rap (Danger ! High voltage !) ou la new-wave (le formidable Synthesiser) prennent le pas sur les riffs. Donc quand les motards s’imposent sur le dancefloor mais dans le but de faire danser les gens, pas de déclencher des bagarres.

On peut quand même se demander où l’envie irrésistible de faire des mélanges va s’arrêter et qui peut bien trouver son compte sur toute la longueur de cet album. Une curiosité donc avec quelques réussites qui ravira sans doute ceux qui ont troqué leurs cheveux gras de hardos pour des fringues propres et qui voudraient se faire un revival heavy sans se compromettre. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • They Call Me Rico - Wheel of Love

    Le substrat musical sur lequel a poussé ce cinquième album de They Call Me Rico, projet de Frédéric Pellerin du groupe Madcaps, c’est l’americana et le blues. Et on le sent, souvent. Certains morceaux en sont encore baignés (This Old Dog, Don’t Let You Go Down). Wheel of Love est plus proche de ce canon rock et dans l’ensemble, c’est un fort plaisant rappel de la base de tout ceci.
    Mais si on a retenu (...)

  • Iggy Pop – Every Loser

    Le fun perçu est une des mesures les plus pertinentes pur évaluer un album d’Iggy Pop. Si on l’a croisé récemment aux côtés de Catherine Graindorge, il revient avec un Every Loser qui convoque logiquement une belle pelletée de connaissances du rock ‘n roll (Duff McKagan de Guns ‘n Roses, Stone Gossard de Pearl Jam, Dave Navaro et Eric Avery de Jane’s Addiction’s, Chad Smith des Red Hot Chili Peppers et (...)

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et (...)