Accueil > Musique > 2010 > Errors - Come Down With Me

Errors - Come Down With Me

mercredi 24 février 2010, par Laurent

Greffons


Je vais vous le dire franchement : des Errors, qui signent ici leur nième effort, je n’avais jamais entendu parler. Ou alors il y a longtemps. Ou bien j’ai oublié. Ou ils sentaient pas bon. Ah non, je confonds. Bref, je m’apprête à critiquer ce "Come Down With Me" avec le regard prudent du néophyte, d’autant plus que le genre musical dans lequel il s’inscrit (pour faire court, on parlera de post-rock) n’est pas exactement mon grand dada non plus. Cela étant, de n’importe quel pays de n’importe quelle couleur, la musique est un cri qui vient de l’intérieur. Enfin je crois. Et en l’occurrence, je suis venu te dire... euh... je voudrais simplement parler d’un bon disque, en fait.

On disait post-rock et c’était un peu facile : les Errors sont en effet Glaswegiens et officient chez Rock Action, label des références Mogwai ; leurs compositions n’ont cependant pas grand-chose à voir avec les montées de sève élégiaques de leurs compatriotes. On pense davantage ici à un groupe comme Pivot voire au passé récent de Tortoise : une musique instrumentale pas fondamentalement expérimentale, mais qui greffe d’importants éléments synthétiques à des morceaux construits sur une base résolument rock. Tantôt les guitares sont placées en retrait (le discobeat de Supertribe, la contemplative Erskine Bridge où les vagues six-cordes audibles sont distordues au point de sonner comme un train au galop), tantôt elles sont mises en avant (Antipode, morceau le plus proche d’un Mogwai qu’on aurait à peine remixé, ou l’excellent A Rumor in Africa et sa rythmique bien plus new wave qu’africanophile).

Selon le contexte et les conditions d’écoute, le titre d’ouverture Bridge or Cloud ? me laisse des impressions très divergentes : je peux le trouver très réussi pour sa compétence à recycler des recettes familières (l’intro déjà entendue), à d’autres moments un peu foireux pour ses sonorités plutôt datées. Sorry About the Mess ferait davantage pencher la balance vers la seconde option. Rayon curiosités, on s’étonnera d’entendre au début de Jolomo un plagiat – ou un sample ? – du déjà classique Surf Solar des Fuck Buttons, et puis il est amusant de noter que l’autre plage la plus "mancunienne" après A Rumor in Africa est également associée à un lieu dont on perçoit peu la pertinence géographique : ça s’intitule Germany et j’y entends en effet fort peu l’influence du rock choucroute, même si d’aucuns y distingueront peut-être de vagues accents de DAF ou de Klaus Nomi.

Qu’à cela ne tienne, l’album se referme sur deux titres franchement sympathiques : The Black Tent, superbe, et un Beards de facture post-rock très classique, comme pour nous dire qu’en fin de compte, en dépit des fioritures, les Errors ne visent pas forcément le crossover. Disons, que dans un embranchement musical auquel je ne prédirai plus d’avenir durable, ils ont du moins déjà offert à 2010 un bel objet.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)