Accueil > Musique > 2010 > The Ruby Suns - Flight Softly

The Ruby Suns - Flight Softly

mercredi 3 mars 2010, par Marc

L’attaque des clones


Et si une des plus grandes catastrophes qui se soient abattues sur la musique contemporaine était l’avènement d’Animal Collective ? La mise en lumière par ce grand groupe d’une musique lysergique entre les deux eaux analogiques et numériques a en tous cas donné des idées à plein de groupes et on se retrouve à essayer de classer comme un entomologiste les différentes variantes et dosages. Alors qu’on est juste là pour partager des coups de cœur, pas pour établir une cartographie du folk drogué.

Les Ruby Suns, on en avait déjà parlé sur ce site, à l’occasion de leur précédent Morning Sun. L’album m’avait suffisamment plu pour que l’envie de revenir sur leur discographie se fasse sentir.

Le premier morceau a un chouette son, une chouette ambiance, mais manque de ligne directrice, et le chant ne me séduit pas outre mesure. C’est d’ailleurs ce dernier qui me rebute sur beaucoup de morceaux. Cette voix a parfois des accents plus variété mais noyé d’effets pour ne pas sonner commun (Mingus And Pike). C’est pour moi ce qui me plait le moins sur ce Flight Softly et contribue à la faible note, qui est toujours parfaitement subjective.

Comme pour l’album précédent, Yeasayer est passé juste avant en étant un peu plus percutant. High Places nous prépare aussi quelques jolies réussites. Comme auparavant aussi, ils puisent dans une certaine vision des années ’80 (l’autre tarte à la crème actuelle comme on le rappelle souvent) une originalité. Mais cette originalité dessert parfois des morceaux comme un Two Humans qui traine sa mollesse pour faire de l’électro un peu entre deux eaux avec des voix de tête. Ce que je n’aime pas spécialement, vous le savez si vous passez de temps en temps.

L’album pourtant est joli, ensoleillé bien comme il faut, mais rien ne me donne vraiment envie d’y retourner. Sans doute que c’est l’accumulation d’albums trop pareils qui en est la cause, ou alors la proximité de celui de High Places qui m’enchante plus. Pour ce qui est des points de comparaison, on se rappelle au souvenir ensoleillé mais crevant d’ El Guincho le temps d’un Dusty Fruit ou d’un Cranberry. Ce dernier est aussi à comparer à Animal Collective, avec son assurance supérieure et sa seconde partie plus syncopée. Encore une fois, ce sont des références qui se référencent entre elles, et chaque fois que j’aborde une critique du genre, je me rends compte de son caractère circulaire. Il y a aussi des réussites quand ils forcent le rythme. How Kids Fail devrait donner lieu à l’une ou l’autre version orientée piste de danses

Comme la grammaire de ce genre de folk lysergique et heureux a déjà été écrite, et que tous les groupes dérivés l’utilisent en ajoutant des variations personnelles, c’est en fonction de subtiles différences qu’on va se diriger vers tel ou tel groupes. Et comme les voix ici me séduisent un peu moins que leurs coreligionnaires, cet album a peiné à me passionner et souffre d’une concurrence aux dents acérées.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)