Accueil > Musique > 2010 > Love Is All - Ten Thousands and One Injuries

Love Is All - Ten Thousands and One Injuries

vendredi 26 mars 2010, par Marc

Votez Joséphine


Sortir des albums nerveux mais pas bruyants ou brouillons, pratiquer l’humour décalé et réaliste dans un genre qui s’accommode souvent du potache, voilà qui nous avait rendu Love Is All plus que sympathique, réellement salutaires. Vu les réactions enthousiastes glanées ça et là (lisez le Mmarsupilami par exemple), je ne suis pas le seul. Mais contrairement à beaucoup, j’ai un peu moins goûté à ces 2010 blessures (ou blessures de 2010, c’est selon).

Bigger Bolde
r, c’est le titre du premier morceau, mais aussi leur état d’esprit. Leur rock est maintenant moins abrasif, plus policé, avec un son toujours un peu gros pour eux. L’effet pervers, c’est que la voix de Joséphine Olausson parait parfois s’époumoner à contre-courant. Pour contrer ça, les effets sont encore plus prononcés sur ladite voix.

Comme les Yeah Yeah Yeahs, on sent qu’il n’est pas facile de donner une suite à des albums enjoués sans tomber dans la redite. Mais contrairement à la bande à Karen O’, pas de virage synthétiseur au programme. Ou du moins pas encore. Aux côtés de morceaux plus ‘dans-ta-face’ comme Dust, le contraste est plus vif avec le Take Your Time sur lequel ils nous laissent. Est-ce que ce morceau plus ample (pompeux ?) que leur manière habituelle préfigure un revirement ? Leur sens de la mélodie s’y retrouve en tous cas, ce qui nous pousse à attendre la suite.

Aucun titre ne manque d’une petite idée pour le rehausser, mais bon, ce troisième album distille moins d’euphorie que les deux premiers. Sans doute que le plaisir de les retrouver est un peu tempéré par l’idée que certains de ces titres ne vont pas autant nous accompagner que leurs prédécesseurs. Ce sentiment un peu ambivalent m’a poursuivi pour toutes les écoutes.

Il est tout de même bien agréable de retrouver cette touche humaine, ces paroles comico-réalistes qu’on retrouve le temps d’un Early Warnings ou Less than Thrilled qui séduit aussi grâce à sa basse bien présente. Leurs combinaisons d’instruments fonctionnent toujours bien, qu’il s’agisse du saxo et de la batterie (le très sautillant Early Warnings et ses ba-balalalababab) ou plus généralement du classique guitare-orgue. Leur grande force, outre une inattaquable énergie, ce sont des mélodies souvent imparables. Pourtant certains riffs de guitare très mélodiques me sont apparus comme un peu kitsch, ce qui ne m’avait jamais frappé auparavant. Mais bon, leur fraîcheur permet de tout faire passer.

Le capital sympathie de la formation suédoise ne sera pas encore écornée par ce troisième album. Comme avec le précédent, on commence par être un peu déçu et puis le charme réopère. Et puis au final, on se retrouve avec un album qu’on a pris du plaisir à écouter, mais qui recèle de moins de fulgurances que les deux autres.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Josefin Runsteen - HANA Three bodies (Original Soundtrack)

    Même si on n’est pas exactement un service public, un peu de gai savoir s’impose parfois. Le Butoh est une danse de performance minimaliste créée au Japon en 1959. La danseuse suédoise Frauke a donc demandé à sa compatriote Josefin Runsteen de créer une bande-son pour une performance et c’est ce qui constitue l’objet musical du jour.
    La lisière entre les musiques électronique et classique est fréquentée et c’est dans ce (large) registre qu’on trouve ce HANA. De la musique de danse, donc, mais pas de (...)

  • Annika and the Forest - Même la Nuit

    On l’avoue, un talent féminin éclectique et un peu électronique, c’est quelque chose qui nous plait. On peut penser à Bat For Lashes, Harrys Gym, Jeanne Added, Odd Beholder ou autres et on ajoutera donc la Suédoise Annika Grill et son troisième album.
    On est d’emblée mis à l’aise par un petit air de Metric dans leurs moments les plus gorgés de beats et de guitares combinées (Thinking Crazy). On apprécie qu’Empty Space soit empli de cette énergie. Mais ce n’est pas la seule pour un album qui évolue au (...)

  • Frida Hyvönen - Dream of Independance

    Ce n’est pas parce qu’une artiste nous a marqués fortement qu’elle ne peut pas échapper momentanément à notre radar. Ils faut dire que si certaines de ses productions plus récentes que son album d’il y a 9 ans ne se sont pas signalées, c’est aussi parce qu’elles étaient chantées en Suédois. Et puis la toute dernière fois qu’on l’avait aperçue, c’était aux côtés de First Aid Kit pour une soirée hommage à Leonard Cohen qui fait actuellement l’objet d’une sortie en ce moment.
    Une chanson de Frida Hyvönen, c’est (...)

  • First Aid Kit - Ruins

    Elles en ont fait du chemin, les Suédoises de First Aid Kit. Il y a un peu plus de 8 ans, on les découvrait dans une petite Rotonde en ouverture de Megafaun et Port O’Brien et maintenant elles jouent à guichets fermés après une expatriation réussie aux Etats-Unis. La recette marche donc et les sœurs Klara et Johanna Söderberg n’ont visiblement pas l’intention de la changer. Deux voix à l’unisson, des morceaux au classicisme indéniable mais parfois habités d’une fraîcheur plaisante.
    Ce quatrième album (...)