Accueil > Musique > 2009 > Princeton - Cocoon of Love

Princeton - Cocoon of Love

mercredi 17 mars 2010, par Laurent

Dans un monde de brutes


Mine de rien, voilà un album qui porte rudement bien son nom. Derrière une pochette qui rappelle trompeusement – et de loin – le récent brûlot pétaradant de Soft Pack, se cache en effet une galette moelleuse comme un cuberdon. Le quartette américain Princeton y croone tout en caresses, délivrant un spleen léger sur fond de sunshine-pop orchestrée, à mi-chemin entre la fraîcheur des Ruby Suns et la méticulosité de Belle & Sebastian. Écrites de toute évidence à l’encre de Shins, les chansons renfermées dans ce cocon convoquent le savoir-faire des machines à hits d’autrefois, ne lésinant pas sur les moyens de séduction : cordes limpides et autres arrangements soyeux sont omniprésents, et perpétuent sur chaque titre l’héritage de Van Dyke Parks. Bref, c’est de la belle ouvrage.

Limite patente à la force d’impact, la voix de Jesse Kivel manque malheureusement de chaleur. La ballade rétro Sylvie, par exemple, est une convaincante démonstration de blue-eyed soul, mais on fantasme malgré tout sur ce que les Skyliners ou les Platters en auraient fait il y a cinquante ans. On est d’autant plus ravi que le morceau d’ouverture soit donc un duo, partagé avec Meredith Metcalf. Pour la petite histoire, Metcalf est la moitié des Bodies of Water, actuellement en roue libre sur le projet Music Go Music – dispensable resucée d’Electric Light Orchestra période Xanadu – et c’est sa voix candide qui fait tout le sel de ce Sadie & Andy, jolie bluette narrative qui donne le la.

À sa suite, Show Some Love When Your Man Gets Home s’ouvre avec le même charme suranné, puis une rupture de ton en plein milieu de la chanson montre que Princeton est aussi un groupe de son époque et qu’il a retenu les leçons d’une décennie de virevoltes canadiennes. On pense, le plus souvent, aux méconnus Young Republic pour l’art de laisser beaucoup d’espace dans la démesure, mais aussi parfois à des Vampire Weekend qui auraient grandi à la campagne (Korean War Memorial et sa légère gravité).

À la première écoute pourtant, il y avait de quoi être dérouté et donc, au sens le plus étymologique, on aurait dû passer son chemin. Tant de douceur, on n’y est pas habitué et d’aucuns y verraient facilement de la mollesse (la langueur suave de Stunner Shades in Heaven) ou de la niaiserie (« I love you, let’s shout it out », si vous voulez, mais pas trop fort). La persévérance sera malgré tout récompensée, lorsqu’on n’arrivera plus à se débarrasser des riffs de Worried Head ou de Martina & Clive Krantz, qui lorgnent moins vers les sucreries sixties que vers un certain pop-rock des années 80, soit le versant commercial des Cure (période rose) ou les affèteries de la paire Daho-Turboust. Surprise, la nostalgie s’arrête même aux années 90 sur le plus pêchu I Left My Love in Nagasaki, qui réveillera quiconque ne s’est jamais remis de Yo La Tengo.

Dans le film "Cocoon" de Ron Howard, des vieillards retrouvaient la fougue de leurs vingt printemps en se baignant dans une fontaine de jouvence extraterrestre. Avec le cocon d’amour de Princeton, véritable éloge d’un retour à la terre, on aurait plutôt tendance à prendre quelques rides en s’immergeant dans un âge d’or pop qu’on n’a pas connu. Il y a des jours, reconnaissons-le tout de même, où l’on ne se sent pas d’être bousculé par les mustangs ardents de Scout Niblett ou le rouleau compresseur The Knife, dont je n’ai pas le courage de critiquer les derniers albums : trop énergivores ; trop crispants ; trop éreintants. Alors si vous aussi, vous avez comme un petit coup de mou, un vrai coup de pompe, voire un léger coup de vieux, offrez-vous une petite cure de relaxation : Princeton, et ça repart.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

1 Message

  • Princeton - Cocoon of Love 18 mars 2010 15:57, par Benjamin F

    Bon au final, je me recolle à The Knife personnellement :)

    (PS : Vous pouvez toi ou Marc m’envoyer votre mail à cette adresse : contact@playlistsociety.fr ; merci d’avance^^)

    repondre message

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)