Accueil > Critiques > 2009

Princeton - Cocoon of Love

mercredi 17 mars 2010, par Laurent

Dans un monde de brutes


Mine de rien, voilà un album qui porte rudement bien son nom. Derrière une pochette qui rappelle trompeusement – et de loin – le récent brûlot pétaradant de Soft Pack, se cache en effet une galette moelleuse comme un cuberdon. Le quartette américain Princeton y croone tout en caresses, délivrant un spleen léger sur fond de sunshine-pop orchestrée, à mi-chemin entre la fraîcheur des Ruby Suns et la méticulosité de Belle & Sebastian. Écrites de toute évidence à l’encre de Shins, les chansons renfermées dans ce cocon convoquent le savoir-faire des machines à hits d’autrefois, ne lésinant pas sur les moyens de séduction : cordes limpides et autres arrangements soyeux sont omniprésents, et perpétuent sur chaque titre l’héritage de Van Dyke Parks. Bref, c’est de la belle ouvrage.

Limite patente à la force d’impact, la voix de Jesse Kivel manque malheureusement de chaleur. La ballade rétro Sylvie, par exemple, est une convaincante démonstration de blue-eyed soul, mais on fantasme malgré tout sur ce que les Skyliners ou les Platters en auraient fait il y a cinquante ans. On est d’autant plus ravi que le morceau d’ouverture soit donc un duo, partagé avec Meredith Metcalf. Pour la petite histoire, Metcalf est la moitié des Bodies of Water, actuellement en roue libre sur le projet Music Go Music – dispensable resucée d’Electric Light Orchestra période Xanadu – et c’est sa voix candide qui fait tout le sel de ce Sadie & Andy, jolie bluette narrative qui donne le la.

À sa suite, Show Some Love When Your Man Gets Home s’ouvre avec le même charme suranné, puis une rupture de ton en plein milieu de la chanson montre que Princeton est aussi un groupe de son époque et qu’il a retenu les leçons d’une décennie de virevoltes canadiennes. On pense, le plus souvent, aux méconnus Young Republic pour l’art de laisser beaucoup d’espace dans la démesure, mais aussi parfois à des Vampire Weekend qui auraient grandi à la campagne (Korean War Memorial et sa légère gravité).

À la première écoute pourtant, il y avait de quoi être dérouté et donc, au sens le plus étymologique, on aurait dû passer son chemin. Tant de douceur, on n’y est pas habitué et d’aucuns y verraient facilement de la mollesse (la langueur suave de Stunner Shades in Heaven) ou de la niaiserie (« I love you, let’s shout it out », si vous voulez, mais pas trop fort). La persévérance sera malgré tout récompensée, lorsqu’on n’arrivera plus à se débarrasser des riffs de Worried Head ou de Martina & Clive Krantz, qui lorgnent moins vers les sucreries sixties que vers un certain pop-rock des années 80, soit le versant commercial des Cure (période rose) ou les affèteries de la paire Daho-Turboust. Surprise, la nostalgie s’arrête même aux années 90 sur le plus pêchu I Left My Love in Nagasaki, qui réveillera quiconque ne s’est jamais remis de Yo La Tengo.

Dans le film "Cocoon" de Ron Howard, des vieillards retrouvaient la fougue de leurs vingt printemps en se baignant dans une fontaine de jouvence extraterrestre. Avec le cocon d’amour de Princeton, véritable éloge d’un retour à la terre, on aurait plutôt tendance à prendre quelques rides en s’immergeant dans un âge d’or pop qu’on n’a pas connu. Il y a des jours, reconnaissons-le tout de même, où l’on ne se sent pas d’être bousculé par les mustangs ardents de Scout Niblett ou le rouleau compresseur The Knife, dont je n’ai pas le courage de critiquer les derniers albums : trop énergivores ; trop crispants ; trop éreintants. Alors si vous aussi, vous avez comme un petit coup de mou, un vrai coup de pompe, voire un léger coup de vieux, offrez-vous une petite cure de relaxation : Princeton, et ça repart.


Répondre à cet article

1 Message

  • Princeton - Cocoon of Love 18 mars 2010 15:57, par Benjamin F

    Bon au final, je me recolle à The Knife personnellement :)

    (PS : Vous pouvez toi ou Marc m’envoyer votre mail à cette adresse : contact@playlistsociety.fr ; merci d’avance^^)

    repondre message

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)