Accueil > Musique > 2004 > Ghinzu : Blow

Ghinzu : Blow

jeudi 10 août 2006, par Marc


Quand on s’enthousiasme pour un album dont on ne connaît que des bribes, on s’expose à la déception. De plus, les messages et réactions glanées ci et là sur Internet étaient assez élogieuses. Et le premier album du groupe Electronic Jacuzzi, m’avait aussi beaucoup plu, en dépit du caractère inabouti mais tellement plein de promesses.

Alors on met le CD dans la platine. On est d’abord rassurés par le single Blow qui truste les radios (enfin, Pure FM quoi) mais dans une version de 7 minutes 30, flirtant avec le progressif (vilain mot bien défendu). On se rassure et on peut enfin en parler, avec le sourire aux lèvres (c’est l’effet que me fait la bonne musique, même si c’est du Nick Cave cafardeux).
Sortir un album de nos jours en revendiquant l’émotion est casse-pipe. Parce que les modèles du genre que sont Radiohead (le début de Horse a été entendu quelque part sur Hail to the thief) et Muse sont assez indéboulonnables. Et puis parce que si l’intensité n’y est pas, on sonne creux comme du Kyo.

Qu’est-ce qui pourrait dès lors sauver le groupe ? Rien d’autre qu’un bon vieux bordel à la belge, un je-ne-sais-quoi de pas propre et pas sérieux qui ramène à d’autres modèles du genre, dEUS (l’imprévisible Mine) et Moondog Jr en tête. Ils n’ont jamais peur de mettre du piano au service d’une montée (Dragster-wave, Sweet love), mais ce n’est pas la virtuosité et les prétentions symphoniques qui priment mais l’efficacité.

Par l’énergie dégagée ensuite, par le souci de faire non pas une musique qui réfléchit et qui pose, mais qui bouge sans trop de ficelles. On se surprend à souvent monter le son, ce qui est très bon signe. L’héritage noisy a été bien digéré. C’est une revendication de cette nouvelle scène. Si le début de 21st century crooners sonne comme du Muse (soyons francs), la suite est plus grisante, de ces musiques qu’on joue en fermant les yeux comme pour mieux profiter de l’instant qu’on vit et fait vivre. Pas de paroles, pour quoi faire, un tube ? Ils peuvent tout se permettre, le plus pompier (Horse) comme le plus intime (Jet sex).

Un album immédiatement attachant et qui le reste. La définition d’un album essentiel ? Ca y ressemble en tous cas. ( M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)