Accueil > Critiques > 2010

Jónsi - Go

jeudi 8 avril 2010, par marc

Euphorie chez les Lemmings


Jonsi est Jonsi Birgisson, que vous connaissez sans doute mieux en tant que chanteur-guitariste de Sigur Ros. Ce que je ne savais pas, c’est qu’il avait déjà sorti avec son copain un album instrumental en 2009. Ce que je savais, c’est qu’un album était en préparation pour ce printemps. Ce que vous devez savoir, c’est qu’il est bon.

Pour ceux qui ont écouté le dernier album du combo post-rock islandais, il y a une franche logique dans l’orientation de celui-ci. Parce que Með suð í eyrum við spilum endalaust (oui, les titres sont souvent gratinés chez eux) montrait une volonté de capturer leur intensité émotionnelle dans des morceaux plus courts et pop qu’on retrouve encore un peu plus poussée ici.

Le single Go On est bien là en première position, donc l’effet de surprise sera minimal. La plus réjouissant, c’est que jamais il ne baisse la garde, et chaque morceau semble plus enlevé que le précédent. Animal Arithmetic est ainsi emballé à fond les manettes, avec des percussions en pagaille. Lesquelles tiennent une bonne partie de l’album, en nous proposant à l’occasion une explosion euphorique (Boy Lilikoi).

Mais cette bonne humeur n’est pas la seule composante de ce Go. Parce qu’au détour du très beau et ample Grow Till Tall ou de l’élégiaque Tornado on retrouve sa veine plus apaisée, plus romantique que brouillardeuse. Donc deux types de morceaux, les purement pop et les plus atmosphériques, voire les deux (Kolnidur). Les pop gardent une certaine mélancolie à laquelle la voix de Jonsi ne permet pas d’échapper mais les titres plus lents ne sont jamais plombants non plus, et ils nécessitent moins d’immersion que les albums de Sigur Ros. Ce fragile équilibre, renforcé par un ordre de morceau étudié, en fait un album multicolore, du gris au plus flashy

La voix de tête n’est pas ce qui me passionne le plus en général mais son timbre est immédiatement identifiable et attachant. Je procède assez rarement par évocations, mais c’est à un petit rongeur perdu sur la banquise qui me vient en tête quand j’entends la voix de Jonsi. Pourtant, il se dégage une humanité indéniable de ce cri primal feutré. Ma petite réserve (je m’en garde au moins une par critique) vient du côté moins organique de l’instrumentation, qui lisse un peu. Mais encore une fois, c’est mon (douteux et par essence discutable) goût personnel qui s’exprime.

La mélancolie nordique est-elle soluble dans la pop ? Bien des artistes Danois ou Suédois nous en avaient fourni la preuve. Cette confirmation islandaise est euphorique à souhait, mais n’a pas tourné le dos à une ambiance qui a tellement touché. Les fans absolus de Sigur Ros portés sur la langueur de leur post-rock pourront se sentir un peu abandonnés, mais les esprits plus neutres seront ravis de ce nouvel équilibre entre euphorie et apaisement, par un des talents les plus attachants qui soient.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

7 Messages

  • Jónsi - Go 8 avril 2010 18:17, par Erwan
    • Jónsi - Go 8 avril 2010 19:44, par Laurent

      Pour ma part j’ai globalement préféré "Riceboy Sleeps" au présent virage... euh... pop ? Cela dit, Tornado joue déjà méchamment des coudes pour figurer parmi mes chansons préférées de l’année.

      repondre message

  • Jónsi - Go 9 avril 2010 09:58, par Marie

    Très joli album ! J’aimais aussi Riceboy Sleeps dans un genre très différent, mais plus proche de l’esprit de son groupe.

    Alors Go, avis d’une fan de Sigur Rós surtout époque AB et ( ) : peu de choses à jeter (je n’aime pas Animal Arithmetic), très peu de chansons "joyeuses" finalement, et le naturel qui revient au galop sur les perles de l’album comme Kolnidur, Tornado, Grow Till Tall... Et ceci est d’autant plus vrai quand on écoute les 5 ou 6 chansons inédites qui ne seront jouées qu’en live, elles sont aussi belles et très sombres ! (écoutables avec un peu de recherches sur le net, des enregistrements live dispo au fur et à mesure de la tournée déjà commencée).

    J’aimerais beaucoup un retour aux sources pour le prochain Sigur Rós, mais le buz autour du show solo et de la pop du garçon me font craindre que les choses ne seront plus jamais comme avant. Et la magie avait déjà disparu du dernier album en voulant sonner un peu plus "pop"...

    repondre message

    • Jónsi - Go 9 avril 2010 12:50, par Marc

      @Erwan,

      Ca veut dire non en fait, hein ? C’est ça ? J’ai compris ? Dis ?

      @Laurent

      De fait, ce Tornado est décoiffant (humour de presque week-end)

      @Marie

      Merci pour ta contribution, c’est intéressant d’avoir un avis de fan. C’est certain que si on préfère ce qu’a fait Sigur Ros avant le dernier album, il y a de quoi craindre. Mais je pense que le fait qu’il utilise un projet solo pour épancher ses côtés plus pop (pas nécessairement joyeux, on est plus proche de l’IDM que de Mika) pourra lui permettre de séparer ses deux envies. On verra.

      @tous

      Bon week-end dites

      repondre message

  • Jónsi - Go 10 avril 2010 01:32, par Benjamin F

    Habituellement peu friand des incartades solo, je dois bien avouer que ce disque est de très bonne facture :)

    repondre message

  • La critique du concert de Jonsi du 21/11/2010 au Cirque Royal à lire ici :

    http://gigs.skynetblogs.be/archive/2010/11/22/critique-concert-jonsi-21-11-2010.html

    Voir en ligne : Critique du concert de Jonsi

    repondre message

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)

  • Sigur Rós - Átta

    Avis important pour les artistes : si vous comptez entamer un hiatus, arrangez-vous pour le faire après un bon album. C’est la bonne idée de la formation islandaise qui nous avait laissés en 2013 sur l’excellent Kveikur. Depuis, on savait le projet un cocon, notamment avec le départ de certains membres. Evidemment, on avait suivi les aventures solo du chanteur Jónsi Birgisson mais rien n’indiquait (...)

  • Bravery In Battles - The House We Live In

    Même si c’est contre-intuitif parce que le post-rock est essentiellement instrumental, le style a souvent été engagé. Entre les revendications de Godpeed You ! Black Emperor et la protection de la Grande Barrière de Corail de Selfless Orchestra, les exemples abondent. Le collectif parisien Bravery in Battles est présent sur le combat environnemental comme en témoigne la copieuse musique du film The (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)

  • Mayuko - Songs To Whistle When Strolling Along The Abyss

    La forme est toujours très importante, elle est même au cœur d’une esthétique. Le premier album du trio Mayuko, basé à Mannheim et Berlin et formé de Michelle Cheung, Kasia Kadlubowska et Rebecca Mauch en est une belle illustration. Si les morceaux ont d’indéniables qualités, c’est leur exécution qui force l’admiration.
    De sorte que leurs mélodies parfois tortueuses ne sont jamais un frein. On sent même (...)