Accueil > Musique > 2004 > Girls In Hawaii : From Here To There

Girls In Hawaii : From Here To There

jeudi 10 août 2006, par Marc


Ainsi le voilà, le premier album de ces talentueuses jeunes pousses. Surfant sur cette vague de rock belge francophone en anglais (Ghinzu, Mudflow), on retrouve ici les principales qualités de cette scène, à savoir un talent et un ambition légitime.

Si l’entrée en matière de 9.00 am s’annonce prometteuse et confirmant la bonne impression laissée par les singles, on reste quand même un rien sur sa faim à l’écoute de la totalité de la plaque. Non qu’on en ait attendu monts et merveilles mais c’est le potentiel qui est rassurant. On sent un solide sens de la mélodie, de délicates compositions, rendant obligatoire la référence à Grandaddy (voire à Belle and Sebastian pour The fog) et un sens de l’arrangement bizarre qui doit être un ingrédient national.

La qualité de l’ensemble est très bonne, les prestations en concert sont encourageantes, tout pour devenir un bon groupe. Reste une complaisance dans les morceaux lents et langoureux (on ne lâche les guitares que sur Chemistry) qui ne pourra ravir que les amateurs de climats lents et méditatifs.

On cherche un peu le défaut, histoire de justifier l’adhésion complète mais sans ce petit je ne sais quoi qui le rendrait vraiment inoubliable.
Reste au total un album fort plaisant rempli de fort jolies choses (Organeum, Short song for a short mind). Girls in Hawaï n’est pas encore un grand mais a tout pour le devenir. On parie ? (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)