Accueil > Musique > 2010 > Here We Go Magic - Pigeons

Here We Go Magic - Pigeons

dimanche 13 juin 2010, par Marc

Psychédélimsme


Encore de douces harmonies vocales et un groupe qui semble avoir mis dans son régime alimentaire quelques substances que la justice réprouve. Une impression de déjà lu ? En tous cas, j’ai une impression de déjà écrit. Par contre, je ne vous avais pas encore entretenu de ce Luke Temple (de Broooklyn, c’était ça ou Canadien…) qui après un album entièrement bricolé tout seul, prend un peu d’ampleur et reçoit un peu d’aide pour son second album qui sort chez les excellents Secretly Canadians, qui a tout mon affection à la fois pour avoir un nom terrible et s’occuper (en partie parfois) de Frida Hyvönen, Bodies Of Water,I Love You But I’ve Chosen Darkness,, Throw Me The Statue ou Yeasayer.

Allez, on lance le mot tout de suite comme ça c’est fait : psychédélisme. Comme souvent dans ces cas, une fréquentation assidue de cet album permet de le distinguer de la masse de ses collègues (en gros Woods, Le Loup, Ruby Suns, vous connaissez la liste). Alors qu’on pense avoir trouvé la bonne étagère pour le classer, il se révèle au fil des écoutes. Si je vous dis que c’est attachant, je conçois que c’est juste ma parole qui fait foi.

L’orgue, par transitivité, peut évoquer Stereolab ou tous leurs acolytes. D’où l’inévitable (et voulue) impression de flottement (ou, plus prosaïquement, d’ennui) qui s’empare de Casual. Mais l’intérieur de leur style, il y a des possibilités de variété comme le prouve la ballade Bottom Feeder, la pop déjantée d’Old World United ou le délire de Vegetable Or Native, sorte de mélopée à la Animal Collective. Je préfère leur versant plus acide de Surprise. Avec des petites guitares acides et pointillistes sur une rythmique tendue mais discrète, c’est une version ensoleillée du Krautrock qui est proposée. Collector semble ainsi entériner le déménagement de Can à San Francisco. Moon est un peu plus éthéré, plus dans la veine Atlas Sound. Ils évoluent dans une dialectique bordel/rangement, entre liberté du psychédélisme et rigueur en défense allemande.

J’ai beau avoir le nombre réglementaire de doigts, mes deux mains suffisent à peine pour compter le nombre de groupes qui utilisent la veine lysergique de la musique. Et même avec les pieds en renfort, je n’arrive pas au compte. Mais nous ne sommes pas des entomologistes, juste des amateurs de musique. Et en tant qu’amateur donc, cette musique se justifie elle-même, par son ton détendu qui pousse au délassement et une certaine variété à l’intérieur d’un exercice de style a priori étriqué.

http://www.myspace.com/herewegomagic
http://herewegomagicband.tumblr.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Here We Go Magic - Pigeons 14 juin 2010 17:54, par Benjamin F

    Pas mal déçu, je ne retrouve plus le brio des mélodies brinqueballantes de Luke Temple...

    repondre message

  • Here We Go Magic - Pigeons 11 mai 2012 02:05, par Leo

    Je tenais à relever par cet avis personnel que je suis réjoui du contenu de ce site. C’est rare mais les commentaires évitent d’être plombés par du spam de commentaires on peut ainsi tenir une réelle discussion. Merci c’est motivant.

    La meilleure mutuelle entrain


    Mutuelle Santé

    Découvrir une mutuel via la mutuelle force sud ! Votre mutuelle btp via une mutuelle civile de la defense

    repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)