Accueil > Musique > 2010 > Bullets In Madison - We Became Your Family When You Died

Bullets In Madison - We Became Your Family When You Died

lundi 12 avril 2010, par Marc

Cadeau gratuit


Vous connaissez sans doute cette sensation d’avoir trouvé le cadeau qu’il faut, celui qui ne peut pas ne pas faire plaisir. La seule appréhension étant de s’être fait griller la politesse, que quelqu’un d’autre ait eu la même idée. Cette sensation a beau s’être un peu évaporée au fil des écoutes, il n’en reste pas moins que ce Bullets In Madison devrait susciter la curiosité de ceux qui ne sont pas choqués par notre ligne éditoriale. Et puis, argument définitif pour vous faire un avis, cet album du groupe de Chicago est disponible en intégralité et gratuitement sur leur site (voir ci-dessous).

La musique de Bullets In Madison est tout en linéarité, en tension. Pas de chansons traditionnelles, ni d’explosions, mais une conjonction de voix étouffées, de violons et de guitares qui suivent un but commun. Les derniers exemples récents seraient B R OAD WAY ou le virage d’Apse. On évoquera même Archive le temps d’un This Is The Last Night dont la mélancolie plus frontale m’a plu immédiatement.

On ne peut donc que constater que ça fonctionne mais que le positionnement est un peu ardu. Je veux dire les fans de post-rock regretteront sans doute le manque de spectacle et les amateurs de pop-rock pourront déplorer une certaine longueur. Mais ces restrictions sont des forces pour tout qui aura un peu de patience parce qu’Animals finit par nous mettre en poche et que les occasionnelles montées sont bien amenées (Eclipse)

Riots pourra plaire aux amateurs de Coldplay, du moins chez ceux qui cherchent chez le groupe anglais leur dose de langueur. C’est que le son est souvent très ample. A l’opposé, les arpèges de Joel Found His Angel Cowering In The Garden sont plus dans l’orthodoxie des pédales d’effets post-rock.

La voix est souvent présente et reste effacée. On devine qu’elle vient se greffer plus tard dans le processus de composition, fonctionnant alors comme un instrument supplémentaire. Impossible de ne pas penser à Radiohead pour les vocaux de Crimes.

Même si les ambiances ne varient pas énormément d’un morceau à l’autre, cet album tient la rampe sur toute sa longueur. Parce que leur tension est parfois lente à venir mais arrive toujours. Et puis, il y a ce côté artisanal, une discrétion qui fait du bien. Téléchargez, écoutez, et on en reparle.

http://www.bulletsinmadison.com/sound.html
http://www.myspace.com/bulletsinmadison

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez [Filiamotsa-When the vowels fall by L&S

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)