Accueil > Musique > 2010 > Bullets In Madison - We Became Your Family When You Died

Bullets In Madison - We Became Your Family When You Died

lundi 12 avril 2010, par Marc

Cadeau gratuit


Vous connaissez sans doute cette sensation d’avoir trouvé le cadeau qu’il faut, celui qui ne peut pas ne pas faire plaisir. La seule appréhension étant de s’être fait griller la politesse, que quelqu’un d’autre ait eu la même idée. Cette sensation a beau s’être un peu évaporée au fil des écoutes, il n’en reste pas moins que ce Bullets In Madison devrait susciter la curiosité de ceux qui ne sont pas choqués par notre ligne éditoriale. Et puis, argument définitif pour vous faire un avis, cet album du groupe de Chicago est disponible en intégralité et gratuitement sur leur site (voir ci-dessous).

La musique de Bullets In Madison est tout en linéarité, en tension. Pas de chansons traditionnelles, ni d’explosions, mais une conjonction de voix étouffées, de violons et de guitares qui suivent un but commun. Les derniers exemples récents seraient B R OAD WAY ou le virage d’Apse. On évoquera même Archive le temps d’un This Is The Last Night dont la mélancolie plus frontale m’a plu immédiatement.

On ne peut donc que constater que ça fonctionne mais que le positionnement est un peu ardu. Je veux dire les fans de post-rock regretteront sans doute le manque de spectacle et les amateurs de pop-rock pourront déplorer une certaine longueur. Mais ces restrictions sont des forces pour tout qui aura un peu de patience parce qu’Animals finit par nous mettre en poche et que les occasionnelles montées sont bien amenées (Eclipse)

Riots pourra plaire aux amateurs de Coldplay, du moins chez ceux qui cherchent chez le groupe anglais leur dose de langueur. C’est que le son est souvent très ample. A l’opposé, les arpèges de Joel Found His Angel Cowering In The Garden sont plus dans l’orthodoxie des pédales d’effets post-rock.

La voix est souvent présente et reste effacée. On devine qu’elle vient se greffer plus tard dans le processus de composition, fonctionnant alors comme un instrument supplémentaire. Impossible de ne pas penser à Radiohead pour les vocaux de Crimes.

Même si les ambiances ne varient pas énormément d’un morceau à l’autre, cet album tient la rampe sur toute sa longueur. Parce que leur tension est parfois lente à venir mais arrive toujours. Et puis, il y a ce côté artisanal, une discrétion qui fait du bien. Téléchargez, écoutez, et on en reparle.

http://www.bulletsinmadison.com/sound.html
http://www.myspace.com/bulletsinmadison

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)