Accueil > Musique > 2010 > Broken Social Scene - Forgiveness Rock Record

Broken Social Scene - Forgiveness Rock Record

dimanche 9 mai 2010, par Marc

Sans décrochage


Broken Social Scene est définitivement un cas à part. Formation à géométrie variable, elle défie tous les styles. Si on dit souvent ça de groupes fusionnant plein de choses exprès pour dérouter l’auditeur et le critique, il faut bien admettre que le son de ce groupe a quelque chose d’unique. Moi qui sur leur album précédent pensais trouver en eux un groupe de post-rock (parce qu’ils sont sur le même label Constellation que, disons, Godspeed You ! Black Emperor) j’en ai été pour mes frais. Tout au plus pourra-t-on penser à leur groupe frère Do Make Say Think qui ferait des morceaux plus pop. Leurs sons ne sont d’ailleurs pas éloignés, quand on pense à leur façon de poser un riff en apesanteur de Romance To The Grave.

Intéressante particularité, les chanteuses qui se sont toutes retrouvées sur le devant de la scène avec un grand bonheur. Ici, on apprécie vraiment beaucoup Feist, Stars (Amy Millan) ou Metric (Emiliy Haines). Elles sont toutes les trois ici et c’est peu de dire qu’on aime ça. On reconnait assez clairement Emily Haines sur Sentimental X’s. De façon assez curieuse, le morceau le plus immédiat de cet album est l’instrumental Meet Me In The Basement

C’est visiblement en solo que les membres de Broken Social Scene étaient allés chercher un peu de renouvellement. On vous avait parlé de l’album de Brendan Canning mais d’autres membres s’étaient adonnés aux joies de l’escapade (Kevin Dew, Jason Collett).

La bonne surprise de cet album, c’est qu’ils ont une bonne patate palpable (je sais ce que cette apposition a d’incongru), sur Cheese Scene par exemple, ou encore All To All et sa grosse pulsation ou encore Texico Bitches. Sur ce dernier, le violon vient à point mais souligne aussi l’importance que le groupe accorde au son, à la grosse basse de Brendan Canning, et à d’autres instruments judicieusement utilisés. Ce qui fait que la pop à cuivres d’Art House Director sonne très personnel. Mais cette singularité ne suffit pas à rendre le morceau remarquable. Et puis de façon plus convenue, leurs guitares peuvent aussi faire mouche (Romance To The Grave).

Un peu comme en aviation, il faut une certaine vitesse pour que l’avion ne retombe pas. Mais ne dramatisons pas, alors que pour l’appareil les conséquences sont irréversibles (décrochage, vrille, chute, écrasement, décès de l’équipage, album d’Indochine…), ici on a juste quelques morceaux plats comme Highway Slipper Jam. Qu’ils aggravent parfois de paroles absurdes débitées d’un air pénétré (Me and my hand/We’ve been together since I was born/Me and my hand are true friends sur Me And My Hand).

Le groupe de Toronto est une machine à concasser le son de beaucoup de styles pour en faire une mixture personnelle qui se rapproche de ce que ferait un Do Make Say Think si leur cahier des charges leur imposait de faire de courtes chansons pop. Ils ont beau se fourvoyer de temps à autres dans des climats languides qui ne leur conviennent pas, Broken Social Scene montre sur son quatrième album une santé telle qu’ils viennent de livrer une des bonnes surprises de ce printemps un tantinet morose.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • Broken Social Scene - Forgiveness Rock Record 10 mai 2010 12:59, par Paulo

    fort intéressant cet album, je me suis ouvert l’appétit avec l’EP "Lo-Fi For The Dividing Nights" et comme l’appétit vient en mangeant...

    "Un EP enregistré dans l’annexe du Soma Studio pour décompresser et tester de nouvelles idées en format court pendant que John McEntire de Tortoise produisait Forgiveness Rock Record dans le studio principal" d’après http://www.indierockmag.com/article11243.html

    repondre message

  • Broken Social Scene - Forgiveness Rock Record 30 mai 2010 12:30, par Bert

    coucou,

    ils ne sont pas sur Constellation et ne l’ont jamais été. Ils sont sur Arts & Crafts. C’est le guitariste/bassiste à moustache (musicien chez Do Make Say Think) qui sort des albums chez Constellation

    repondre message

  • Broken Social Scene - Forgiveness Rock Record 2 octobre 2010 00:10, par STIKO

    Quand le cinéma se met au service de la musique, pour les fans...voici le trailer d’une comédie romantique (sans scénario parait-il) qui s’articule autour d’un concert de BSS.

    A vous de voir : http://vimeo.com/12058583

    repondre message

  • Broken Social Scene - Forgiveness Rock Record 5 novembre 2012 23:38, par Manu

    bonsoir

    merci pour cet article ; je trouve cet album bon voir très bon mais il est en dessous de "you forgot it in people" leur chef d’oeuvre de rock mélodique.
    Cette cuvée de 2010 est un peu froide parfois, comme déshumanisée, parfois trop d’arrangements aboutit à ce résultat.
    Par contre vous citez Highway slipper jam comme un morceau plat ; perso je trouve qu’il s’agit là de l’une de leurs plus grande réussite : une mélodie tout en finesse, éthérée, en écoute sur du bon matos hifi, c’est beau et certainement pas plat (mais bon les goûts et les couleurs...)
    En tous cas BSS reste un très grand groupe au potentiel énorme ; espérons qu’ils reviendront !

    repondre message

    • Broken Social Scene - Forgiveness Rock Record 8 novembre 2012 08:41, par Marc

      Bonjour bonjour,

      D’accord avec toi, You Forgot It In People est sans doute leur meilleur album. Mais cet album-ci m’avait surpris parce qu’on en était venu à moins en attendre d’eux. J’espère aussi qu’ils donneront une suite, même si accorder les agendas d’une bande d’artistes hyperactifs comme celle-là ne doit pas être une mince affaire...

      repondre message

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)