Accueil > Critiques > 2004

Indochine : 3.6.3

jeudi 10 août 2006, par marc


Mais qu’est-ce qui pourrait nous faire écouter Indochine ? En revoyant une rediffusion de 1992 d’une interview des Enfants du rock de 1985, on les avait vus abrutis, contents de leurs succès inespéré mais lucides quant à la suite. Les accoutrements quelque part entre les Forbans et le mimétisme Cure continuaient à les enfoncer, comme l’ineptie totale de leurs paroles (on classera l’Aventurier dans le livre noir de la chanson française entre ’Si la mort nous programme sur son grand ordinateur’ de Lalanne et ’La bombe humaine’ de Téléphone). C’était il y a 20 ans bientôt. Il y a une trace live de cette époque au Zénith et c’est plus rigolo que vraiment convaincant.

Alors, quoi, on est en 2004, non ? Oui, mais le retour incroyable est passé par là. Celui du dernier Paradize tout spécialement. Il y a une frange de leurs fans qui sont restés depuis le début, comme s’ils avaient senti sous l’apparente superficialité un potentiel touchant. D’autres plus jeunes se sont ajoutés pour former maintenant une base large et solide. C’est ce qu’on constate à l’écoute de ce live, capté en une seule nuit à Bercy. Les titres plus anciens sont bien évidemment de la partie, se taillant une bonne part du succès. Mais finalement, c’est un groupe désireux de faire du rock (des guitares et des mélodies parfois musclées, mais il faut bien avouer que c’est nettement moins mauvais que le rock pour ados Californiens, les Good Charlotte et consorts) à la française (quel groupe anglophone sérieux laisserait ainsi chanter son public ?).

Le temps a donc aidé ce groupe à devenir un incontournable en langue française. Attention, ce n’est pas pour ça que ça les transforme en Radiohead ou même en Noir Désir mais bon, je ne vois pas de raison valable de bouder son plaisir.

Si vous avez perdu de vue ce groupe depuis quinze ans, voilà le disque de rattrappage, livré à un public conquis d’avance à sa cause. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange (...)

  • Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

    On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop (...)

  • Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

    S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit (...)