Accueil > Critiques > 2010

Mono - Holy Ground : NYC Live

mercredi 28 avril 2010, par marc

Avec ensemble c’est mieux


J’ai déjà eu l’occasion de le répéter, si je suis un amateur occasionnel de post-rock, je suis loin d’être un spécialiste, et ma découverte du genre est plutôt récente (elle l’est de moins en moins il est vrai), ce qui fait que les grands noms et les grands albums ne me sont pas encore tous connus. L’an passé, j’avais découvert sur le tard le groupe japonais Mono, un des incontournables. Un peu moins apprécié des fans, l’album faisait appel à une section complète de cordes. Donc, en concert, à trois, j’avais été assez déçu. Sans doute que le reste de l’affiche assez différent m’avait un peu lessivé (Handsome Furs et une première claque de HEALTH), sans doute que leur technique n’était pas parfaite, mais ça ne m’avait pas empêché d’encore revenir vers leur excellent Hymn To The Immortal Wind.

L’album du jour est donc la captation d’une de leurs performances live, enregistrée avec une entière section de cordes à New-York à l’occasion de leurs dix ans d’existence. C’est donc le versant mélodique, romantique, élégiaque, à deux doigts du kitsch mais toujours du bon côté, de cette musique de niche.

On retrouve avec un plaisir certain les morceaux qui avaient tant plu. Ashes In The Snow ou encore le toujours superbe Burial At Sea est bien là. L’intérêt de l’exercice pour des gens comme moi, c’est de découvrir d’autres morceaux de Mono, le live n’apportant pas toujours plus de finesse aux morceaux originaux du dernier album. Bien honnêtement, et c’est un non-spécialiste qui parle, je ne vois rien qui m’ait fait chavirer. Leur sens mélodique n’est jamais pris en défaut, les passages calmes ne sont même pas anodins (Where Am I) et les déflagrations explosent vraiment (Halcyon), mais la sensation que ça ne s’adresse qu’à des fans dont je ne suis pas m’a souvent titillé. Evidemment, les morceaux que je connaissais déjà ont mieux fonctionné pour moi (Pure As Snow) mais il semble qu’il devait être plus intéressant dans la salle qu’écouter après coup cet album.

Un live de post-rock, ce n’est pas le meilleur plan cd du monde. Parce qu’il faut soit la subtilité du studio ou l’adrénaline du concert pour pouvoir pleinement en profiter. Ce disque d’un grand groupe serait-il anecdotique ? Je pense que vous avez deviné.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Mono - Holy Ground : NYC Live 28 avril 2010 13:46, par Mmarsupilami

    J’ai déjà failli trois fois aller les voir et j’ai chaque fois renoncé à cause de commentaires peu encourageants (je me demande si tu n’étais pas le plus récent et le troisième, d’ailleurs). Alors, j’ai encore moins envie d’écouter et d’aller après cette chronique-ci.
    Ceci dit, c’est mon côté obsessionnel : tes commentaires généralisateurs sur le post-rock ne marchent pas pour quelqu’un qui sort d’un concert de 65daysofstatic ! Quoi, tu dis qu’ils ne font plus vraiment du post-rock ? Euh, t’as peut-être pas tort !
     :-DDD

    repondre message

    • Mono - Holy Ground : NYC Live 28 avril 2010 13:56, par Marc

      Je connais de vrais fans de Mono qui en parlent avec des étoiles dans les yeux en tous cas. Pour ce qui est de 65dos, le verdict est un peu différent mais il n’en reste pas moins que leur album live ne rend pas justice à leurs formidables prestations en concert. D’ailleurs, c’était comment leur étape liégeoise ?

      repondre message

      • Mono - Holy Ground : NYC Live 29 avril 2010 23:29, par STIKO

        @ marc (65 days)

        C’était loin d’un post rock classique, un côté fort électro (j’irai même - par moment - jusque citer le nom de Prodigy ?!)mais une énergie démesurée au niveau du son (cf Mogwai aux ardentes !)qui peut ternir la prestation d’ensemble ! sans boules quiès, on oublie !!!!
        Après coup on peut même penser que Toman a servi un set acoustique... ;)

        repondre message

  • Mono - Holy Ground : NYC Live 29 avril 2010 12:07, par Benjamin F

    Mono est un excellent groupe (même si je ne m’explique pas non plus la dévotion de certains), mais l’intérêt de ce live est finalement assez limité (Après je ne suis pas très live lorsqu’il s’agit de groupes de rock contemporains...)

    repondre message

    • Mono - Holy Ground : NYC Live 29 avril 2010 17:21, par Marc

      C’est vrai que l’intérêt d’un live devient de plus en plus limité. Ici, c’est une captation avec orchestre qui fait l’intérêt. enfin, qui aurait pu faire l’intérêt...

      repondre message

  • Mono – Oath

    Ce qui est rare est précieux. Et dans un contexte musical où le post-rock se raréfie, les plaisirs que confèrent une formation comme Mono ne sont pas reproductibes par d’autres genres et deviennent d’autant plus précieux. Mais cette rareté ne confère pas pour autant le statut de chef-d’œuvre au moindre album du genre, loin s’en faut même.
    Une fois ces généralisations balancées, penchons-nous sur le cas (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)