Accueil > Musique > 2010 > The National - High Violet

The National - High Violet

mardi 11 mai 2010, par Marc

L’album d’après


Il y a les albums qui débarquent de nulle part, puis il y a ceux qu’on attend, enfin les albums qu’on attend fiévreusement. Il va de soi que le successeur de ce qui était mon album préféré de 2007 émarge à cette rare catégorie. Dans ces cas-là souvent, je n’écoute que distraitement les morceaux semés ça et là. Pourtant Bloodbuzz Ohio m’avait bien plu, même s’il n’égalait pas le Fake Empire qui annonçait la tornade de l’album précédent. Si j’avoue essayer d’éviter le côté ‘fan de’ pour une critique et que je n’ai jamais retrouvé le plaisir de mon premier concert d’eux au Botanique (il y a cinq ans déjà…), il faut bien dire que l’appréhension n’est pas la même que pour un autre groupe.

Le second morceau commence et on est soulagés. Parce que le premier est passé tout seul, sans difficulté, sans recul, familiers qu’on est déjà. On va pouvoir encore parler de ce groupe en bien. Le droit de se conforter dans ses propres préjugés, voilà la douce satisfaction que nous procure High Violet. On sait que sa valeur ne dépendra pas des modes, de l’humeur de l’auditeur ou des conditions d’écoute. On retrouve cette densité, ces progressions d’accords simples mais imparables. A trois ans d’intervalle, ils ont gardé le même élan. Leur tri a été fait il y a un petit temps. On peut sans doute regretter l’émotion incroyable qui exsude d’un Cherry Tree plus ‘organique’ ou la disparition de morceaux qui osaient être lents comme Daughters Of The Soho Riots mais on les suit dans leur fausse immobilité.

Avec des mêmes instruments, une gamme somme toute réduite pour le rock, certains groupes arrivent à créer de l’intensité et d’autres pas. Imputons ça au caractère impondérable du talent. Prenons note de l’émotion qui se dégage des simples procédés d’Afraid Of Everything. Certes le gimmick de guitare est absolument imparable, mais je n’arrive pas à isoler ce qui fait de ce morceau un excellent morceau.

Bloodbuzz Ohio qui annonçait cet album n’aurait certainement pas déparé Boxers, avec sa batterie qui martèle, son chorus intense, sa reprise prévisible. Mais prévisible ne veut pas dire ennuyeux, parce qu’il y a une part d’anticipation. Ce qui fait que la découverte est tout sauf déconcertante. Il y a tant de groupes qui ont perdu leur intérêt en chemin en déclinant à l’envi la même recette en perdant un peu leur inspiration et diluant leur intensité dans trop de choses pareilles pour qu’on n’apprécie pas leur constance. Le cas Placebo est exemplaire à cet égard. Mais les musiciens de The National ont gardé intacte leur envie et leur maitrise. Si on sent ça et là que certains morceaux sont un peu en roue libre (surtout quand l’album avance), il n’y a jamais de morceau qui déshonore. Sans doute que des albums comme ceux de Clogs (dont les deux membres fondateurs sont au line-up de The National) sont ils pour quelque chose dans leur passion visiblement intacte.

C’est comme une série dont toutes les saisons sont bonnes, dont on sait dès le générique qu’on va rester scotchés jusqu’au bout. On se dira peut-être qu’il y a des ficelles de scénario mais on aime bien les acteurs et on ne voit pas le temps passer.

Et puis, voilà, ils ont une botte secrète (c’est pas faux) qui est la voix exceptionnelle de baryton de Matt Berninger. De celles qui marquent tout ce qu’elles font, comme celle de Stuart Staples. Sur Sorrow, sa simple présence, sa façon d’être en minime décalage de temps sur une progression d’accords mineurs classique mais comme toujours bien amenée, suffit à faire d’une chanson sans doute pas exceptionnelle en soi un bon moment.

Cet album passe après le sans-faute de Boxers et va sans doute un peu pâtir de la comparaison. Mais il serait injuste de dénigrer ce High Violet pour autant. On a aimé puis détourné des Franz Ferdinand, Bloc Party, Editors, Maximo Park ou autres LCD Soundsystem, et la liste est encore longue de ces semi-déclins, de ces lassitudes injustes souvent qui nous ont saisies. Ne prenez pas ça pour de la frilosité, mais cet album est rassurant. Parce qu’il est une valeur refuge, une certitude dans cette si versatile musique pop. Et puis surtout, c’est un bon album tout court.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • The National - High Violet 12 mai 2010 10:26, par Benjamin F

    Ça me rassure un peu de voir que certains partagent comme moi cette sensation de bien être, cette sensation d’être protégé à l’écoute de High Violet. Les commentaires ont été tellement "frilleux" dans ma critique que j’en étais vraiment resté perplexe. J’aime bien la comparaison avec les séries. C’est exactement ça.

    repondre message

    • The National - High Violet 12 mai 2010 13:04, par Marc

      Merci Benjamin.

      Je viens de lire ton article et je suis assez d’accord. En fait, je les lis souvent en retard, pour garder un avis personnel avant de donner mes arguments. Comme je suis un peu à la bourre, je n’ai pas encore découvert ce que tu as écrit sur Foals ou LCD Soundsystem.

      Mais je pense qu’on est nombreux à se réfugier chez The National. Sans doute pas les boulimiques qui commentent mais je me suis dit que s’ils sortent huit albums de suite de ce tonneau-là, je les suivrai huit fois (mais je serai un peu embêté pour les commenter).

      Un lien quand même : http://www.playlistsociety.fr/2010/05/national-high-violet-8510.html

      repondre message

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)