Accueil > Musique > 2010 > Woods - At Echo Lake

Woods - At Echo Lake

mercredi 19 mai 2010, par Marc

Oui, encore


On sous-estime parfois la capacité de la mémoire humaine. Ainsi, quand un groupe n’ayant pas livré de chef-d’œuvre revient avec un nouvel album, je suis souvent surpris de retrouver mes marques. C’est encore le cas avec cette formation de Brooklyn (oui, encore) donnant dans une relecture personnelle du folk (oui, encore).

Il faut dire que Woods a tout fait pour se rappeler facilement à notre bon souvenir. Ils ont continué dans la voie de leur précédent Songs Of Shame. Le vieillissement se stabilise et c’est une bonne chose. Les voix sont toujours aussi triturées et on peut se dire que de nos jours, un laisser-aller aussi volontariste (si vous me passez le paradoxe) peut très bien passer pour une coquetterie. C’est leur signature, certes, ça les distingue un peu de la masse mais il y a risque d’usure sur la longueur.

Donc il y a sur cet At Echo Park des morceaux plutôt classiques, des mélodies qui n’essaient pas d’être obscures, ce qui est un signe de talent. Les mélodies sont heureusement souvent gratifiantes, ce qui rend un Death Rattles intéressant. Mais qui se cachent sous un air de faux branleur. Les soli de guitare sont toujours aussi désuètement déglingués. Voire carrément sur Deep. J’ai rarement l’impression en écoutant de la musique que je pourrais en faire autant mais là cette étrange idée m’a effleuré. Trop de minimalisme risque le misérabilisme.

Des jams tordues (From The Horn) semblent échappées d’une bande originale de Pink Floyd pour Barbet Schröder (More, La Vallée, ce genre…). Etrange d’ailleurs comme cette notion de jam, de passages instrumentaux qui sentent bon le chanvre ont du attendre longtemps avant d’avoir de nouveaux droit de cité. Plus de traces Can en vue par contre. Tout au plus en retrouve-t-on la tension le temps de fins de morceaux comme le plus abouti Time Fading Lines (pourtant classique dans sa phase initiale).

Evidemment, le bordel généralisé a son charme, mais il faut veiller à ne pas aller trop loin. Get Back est quand même un peu trop décousu pour que l’attention se fixe. C’est le second versant du procédé. Je sais que je peux dire ça d’une majorité des albums que je critique mais c’est encore sur la longueur que cet album se révèle. Par ses bons côtés comme ses tics. Si vous n’êtes pas un fanatique de l’ordre musical, voilà peut-être un bordel sonore digne d’intérêt.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)