Accueil > Musique > 2010 > Lilium - Felt

Lilium - Felt

mardi 25 mai 2010, par Marc

Beauté désolée


La possibilité laissée aux lecteurs de laisser des commentaires nous permet souvent de faire des découvertes. Laurent et d’autres (Mmarsupilami) en ont souvent profité pour nous faire des suggestions qui ont souvent frappé juste. Ainsi le nom de Lilium a-t-il été soulevé en réaction à la critique de John Grant et comme presque toujours, cette découverte était à faire.

Quand j’écris un article, je ne jette souvent un coup d’œil à la biographie d’un groupe qu’au dernier moment, et ce scrupule tardif n’a d’autre but que m’empêcher de lâcher des énormités. L’avantage est que ça ne brouille pas l’écoute (pour reprendre une contrepèterie célèbre) mais quelquefois, il faut remettre les choses en perspective. Lilium est donc un projet initié par Pascal Humbert, qui a été bassiste de16 Horsepower et plus tard de Woven Hand (qui revient, on en reparlera). Et franchement, ce détail aurait pu se deviner tant la familiarité avec l’univers de David Eugène Edwards est patente.

Les autres noms qui m’étaient venus tout de suite à l’esprit dès les premières notes sont Calexico et Black Heart Procession. Des premiers ils ont le détachement, l’utilisation d’instruments très connotés americana (steel guitar, trompettes) pour en faire une musique plus intime et moins ‘folk’. Des seconds on retrouve souvent la majesté sombre (Her Man Has Run). Comme ça vous situez la famille musicale. Donc un pan sombre et hétéroclite que ceux qui savent relient à Tom Waits. Ne voulant pas céder à la facilité de citer des références que je ne maitrise pas, je ne m’y hasarderai pas.

Ce Felt pourra aussi apparaitre comme un peu plus neurasthénique que ces points de repère. Ce n’est pas un reproche pensez-le bien, mais un caractéristique dont il faut tenir compte. Si vous allez au cinéma pour voir des films d’action exclusivement, si le strass et les paillettes sont des éléments indispensables de votre plaisir musical, alors il se peut que vous vous détourniez de cette sécheresse où je me suis personnellement très vite retrouvé.

La voix féminine a juste ce qu’il faut de langueur. Il n’est sans doute pas exagéré de la rapprocher de celle de Hope Sandoval, surtout sur Mama Bird. Le ton est cependant un peu différent, plus proche du bric-à-brac que du blues plus linéaire de la donzelle qui sourit autant que Vladimir Poutine à un enterrement. La voix masculine (Kal Cahoone) lorgne parfois du côté de Pulp (Miracle), qui n’est pas exactement un groupe des grands espaces Outre-Atlantique je dois bien dire.

Osons le dire, certains passages sont un peu trop arides, comme l’instrumental Amsterdam-Paris et Believer est bien un peu lugubre. Mais ce côté assumé, intransigeant dans la démarche mais accessible dans le résultat me plait bien. Si l’évocation des groupes américains des grands espaces un peu sombres vous met en appétit, je ne peux que vous recommander ce Lilium gavé de sincérité humaine.

http://www.myspace.com/liliummusic

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • Lilium - Felt 25 mai 2010 14:33, par mmarsupilami

    On va poursuivre dans le ricochet commentateur, puisque tu tends la perche.
    Je n’avais pas lu le commentaire auquel tu renvoies (John Grant), sinon, je l’aurais bissé voir trissé tellement ce Little Stories de Lilium, sorti en 2003 est un album remarquable et marquant...
    Comme j’apprends ici, la sortie de ce nouvel opus, je vais, bien entendu, l’écouter...

    repondre message

  • Lilium - Felt 25 mai 2010 17:38, par Benjamin F

    Pas mal déçu par ce Felt pour ma part. On reste loin de l’intensité des 2 autres groupes associés.

    repondre message

    • Lilium - Felt 12 juin 2010 22:07, par Thierry Kélé

      Je trouve pour ma part que l’intensité des 2 autres groupes ,est quelque part dans Lilium , contenue dans une intense dispersion évanescente ; comme une charge destinée à l’explosion implosant en continue , sans déflagration , tel une gravité de trou noir en retenue.

      repondre message

  • Lilium - Felt 25 mai 2010 19:21, par le cousin de la reine de trèfle

    petite mise au point : KAL CAHOONE n’est pas la voix masculine, car, pour autant que je sache, c’est une dame ...
    je n’ai pas encore écouté ce disque, donc pas d’avis ; LILIUM ne m’a pas juqu’à présent déçu, alors j’ai confiance !

    repondre message

    • Lilium - Felt 26 mai 2010 13:18, par Marc

      @Mmarsupilami,
      Bonne écoute, je vais donc voir chez mes nouveaux amis d’emusic si je peux le trouver...

      @Benjamin F
      Ne connaisssant pas le reste de leur discographie, je n’ai pas pu être déçu. Mais je comprends qu’il y a là un gros potentiel, moins exploité ici que chez, disons, Calexico.

      @le cousin de la reine de trèfle
      Merci pour la précision, je vais aller modifier l’article pour ne pas induire les gens en erreur. Bonne écoute aussi.

      repondre message

  • Lilium - Felt 26 mai 2010 20:39, par Laurent

    Même si j’ai été moins emballé que la plupart des gens par le disque de John Grant, je ferai mon possible pour prendre le temps d’écouter ce nom qui m’était parfaitement inconnu. On se tient au courant.

    repondre message

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)