Accueil > Musique > 2010 > Villagers - Becoming A Jackal

Villagers - Becoming A Jackal

jeudi 27 mai 2010, par Marc

L’autre Conor


Une bonne mémoire est souvent utile pour s’y retrouver dans la jungle des groupes qu’on nous propose à longueur de semaine. Quand ces groupes sont découverts en concert, il faut encore plus d’attention. C’est tout seul et muni d’une seule guitare que j’avais découvert Conor O’Brien de Villagers en première partie d’Owen Pallett à Belfast (les hasards de la vie professionnelle). Il convenait mieux en tous cas que le groupe de math-rock auquel on a eu droit lors du dernier passage du génie de Toronto au Botanique.

J’attendais donc quelques chansons bien troussées, classiques, d’un bon goût sur et sans surprise. Et au final, j’ai bien eu ça. Si sur scène je l’avais vu tout seul avec sa guitare, on retrouve dès l’entame d’I Saw The Dead une chanson à strates, avec violon discret, batterie, chœurs, donc tout pour faire monter une chanson.

La voix de Ship Of Promises fait penser à celle de Conor Oberst et on sent qu’on tient là une référence solide, surtout quand la voix s’élève sur Pieces. Le problème, c’est qu’une fois qu’on a reconnu la ressemblance, il est difficile de se la sortir de la tête. D’un autre côté, ça tient largement la comparaison avec les dernières livraisons très erratiques il est vrai) du leader de Bright Eyes. Comme pour ce dernie, on se dit que la sensibilité, c’est une question de limite personnelle, de ressenti. Donc The Meaning Of The Ritual pourra paraitre poignant ou gnangnan selon votre approche. Pour moi, le piège du gentil n’est pas toujours évité (The Pact) mais j’ai pu souvent écouter cet album qui peut distiller de la douceur sans mièvrerie (Twenty Seven Strangers).

C’est amusant comme à des mois de distance, on se souvient d’une chanson comme To Be Counted Among Men. Placé en fin d’album, son minimalisme est bienvenu et on comprend qu’elle se fixe dans la mémoire plus que les autres par son aspect de classique intemporel. C’est encore un point commun avec l’autre Conor. Evidemment, il n’est pas facile de surnager dans le segment du folk-rock sensible. Les qualités d’écriture d’O’Brien sont à ce titre un atout. Et ceux qui se désolent que cette année n’a pas encore livré d’album de Conor Oberst pourront trouver ici de quoi patienter.

http://www.myspace.com/wearevillagers

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)