Accueil > Musique > 2010 > Villagers - Becoming A Jackal

Villagers - Becoming A Jackal

jeudi 27 mai 2010, par Marc

L’autre Conor


Une bonne mémoire est souvent utile pour s’y retrouver dans la jungle des groupes qu’on nous propose à longueur de semaine. Quand ces groupes sont découverts en concert, il faut encore plus d’attention. C’est tout seul et muni d’une seule guitare que j’avais découvert Conor O’Brien de Villagers en première partie d’Owen Pallett à Belfast (les hasards de la vie professionnelle). Il convenait mieux en tous cas que le groupe de math-rock auquel on a eu droit lors du dernier passage du génie de Toronto au Botanique.

J’attendais donc quelques chansons bien troussées, classiques, d’un bon goût sur et sans surprise. Et au final, j’ai bien eu ça. Si sur scène je l’avais vu tout seul avec sa guitare, on retrouve dès l’entame d’I Saw The Dead une chanson à strates, avec violon discret, batterie, chœurs, donc tout pour faire monter une chanson.

La voix de Ship Of Promises fait penser à celle de Conor Oberst et on sent qu’on tient là une référence solide, surtout quand la voix s’élève sur Pieces. Le problème, c’est qu’une fois qu’on a reconnu la ressemblance, il est difficile de se la sortir de la tête. D’un autre côté, ça tient largement la comparaison avec les dernières livraisons très erratiques il est vrai) du leader de Bright Eyes. Comme pour ce dernie, on se dit que la sensibilité, c’est une question de limite personnelle, de ressenti. Donc The Meaning Of The Ritual pourra paraitre poignant ou gnangnan selon votre approche. Pour moi, le piège du gentil n’est pas toujours évité (The Pact) mais j’ai pu souvent écouter cet album qui peut distiller de la douceur sans mièvrerie (Twenty Seven Strangers).

C’est amusant comme à des mois de distance, on se souvient d’une chanson comme To Be Counted Among Men. Placé en fin d’album, son minimalisme est bienvenu et on comprend qu’elle se fixe dans la mémoire plus que les autres par son aspect de classique intemporel. C’est encore un point commun avec l’autre Conor. Evidemment, il n’est pas facile de surnager dans le segment du folk-rock sensible. Les qualités d’écriture d’O’Brien sont à ce titre un atout. Et ceux qui se désolent que cette année n’a pas encore livré d’album de Conor Oberst pourront trouver ici de quoi patienter.

http://www.myspace.com/wearevillagers

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)