Accueil > Critiques > 2004

Luke : La Tête En Arrière

jeudi 10 août 2006, par marc


Après avoir ingurgité l’album de Yel, on s’attendait à entendre plus ou moins la même chose, alléchés qu’on était par le très bon La sentinelle.
Et bien, il faut parfois se laisser convaincre. Car si tous les tics de a bande à Cantat hantent cet album, il faut concéder que le tout s’écoute sans aucun moment de faiblesse. Tout est plutôt enlevé (Comme un homme, Tout va bien, Hasta sempre) et comporte au moins une chanson mémorable. Quand les accents ressemblent à Cali, on a Le reste du monde. Si les paroles restent un rien obscures, il n’y a pas les intonations pénibles de Saez (par exemple) et la mélodie est immédiate.

La scène belge francophone est en ébullition pour le moment comme on peut le lire par ailleurs sur ce site mais il ne faut pas oublier ces talentueux Français de Luke qui battent Yel sur le (presque) même terrain. Et puis ça nous consolera un peu de la disparition des de toute façon insurpassables Noir Désir. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)