Accueil > Musique > 2010 > Pearly Gate Music - Pearly Gate Music

Pearly Gate Music - Pearly Gate Music

mardi 15 juin 2010, par Marc

Les amis d’amis


Les amis des amis de nos amis sont nos amis. Cette transitivité ne se vérifie pas très souvent dans la vraie vie, donc il en est de même pour la musique. Pourtant ici, comme souvent, la connivence est assez facile. Le doux nom de Pearly Gate Music cache Zach Tillman, lequel est le frère de Josh Tillman, qui officie sous le nom de J. Tillman et que j’ai eu l’occasion d’apercevoir en première partie des Fleet Foxes dont il est le batteur. On est donc dans la famille des groupes de Seattle (celui qui pense grunge à cette évocation prend une carte jaune). La question qu’on se pose c’est « Le Northwest nous en cache encore beaucoup, des groupes comme ça ? ». Repère supplémentaire, c’est une signature de Bella Union, qui a déjà su nous séduire avec Andrew Bird, les Fleet Foxes, Midlake, John Grant, My Latest Novel, Vetiver ouDepartment Of Eagles.

Une voix un peu désolée, une petite nappe de clavier, une fausse rythmique, et on sait qu’on va pouvoir continuer la conversation. Cette voix n’est pas un de ces organes inoubliables mais dont l’humanité suinte suffisamment pour ne pas avoir à se parer de riches atours pour être intéressante. Golden Funeral repose donc presque exclusivement sur une voix et une petite nappe et quand on sait combien il est difficile de maintenir l’attention dans un contexte pareil, on apprécie d’autant plus cette dignité. On retrouve ce dépouillement sur I Was A River. Où, en utilisant le chausse-pied idoine, vous pourrez trouver une relation avec Fleet Foxes. De même le bridge mélodique de Navy Blues m’a évoqué Grizzly Bear faisant du folk à boire.

L’album éponyme (terme un peu incorrect je sais) n’est pourtant pas neurasthénique. Oh What A Time ! est ainsi plus enlevé, et Bad Nostalgia ne se traine pas non plus. Mais le plus remarquable (pris dans son acception littérale) est la brusque poussée de fièvre de Gossamer Hair qui décolle franchement

Ce n’est pas un ‘grand’ album, dans la mesure où certains albums sont remplis de leur ambition. Par exemple, Muse fait de ‘grands’ albums, même si leurs dernières livraisons me sont pénibles à écouter. C’est donc un album attachant, ce qui n’est souvent pas assez pour accrocher notre attention téflonée. Pourtant, ce Pearly Gate Music vraiment tombé de nulle part a su capter notre curiosité, et comme un des plaisirs de ce site est de dégotter de quoi vous faire plaisir, je vous encourage à découvrir et à faire passer.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Pearly Gate Music - Pearly Gate Music 15 juin 2010 14:31, par Laurent

    Oui, c’est un chouette petit disque, avec le grand frère qui fait plus que prêter main forte. J’aime moins que ce que fait le Josh en question ("Vacilando Territory Blues", premier de ses deux albums parus l’an passé, en particulier), mais il a gagné le droit d’intégrer les Fleet Foxes, à mon avis (Jonny Greenwood aussi s’est fait pistonner par son frangin, et son groupe ne l’a jamais regretté).

    repondre message

    • Pearly Gate Music - Pearly Gate Music 17 juin 2010 17:35, par Marc

      Tiens, j’ignorais ce détail sur la composition de Radiohead. Evidemment que je Johnny y a sa place. C’est quand même un fameux compositeur (par exemple de la BO de There Will Be Blood).

      repondre message

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)