Accueil > Critiques > 2004

Magnus : The Body Gave You everything

jeudi 10 août 2006, par marc


Il est possible qu’un de ces jours on se lasse de la musique électronique, qu’on émette un bâillement ennuyé comme celui qui ponctue un morceau d’acid-jazz. Mais tant que les albums seront à la hauteur de celui-ci, les oubliettes des styles passés de mode lui sont épargnées.

C’était un coup de bluff. Que Tom Barman, sorte de touche-à-tout de génie (rappelons qu’il est chanteur de dEUS, réalisateur de films comme Anyway the wind blows, DJ et j’en passe) rencontre CJ Bolland, c’était un peu facile à deviner, mais que l’osmose se fasse aussi vite, c’était un rien moins prévu.

Bon, les trois premiers morceaux sont bien connus, et on sait déjà qu’on n’a pas perdu son temps après Rythm is deified le credo, Summer’s here tiré de la bande son de Anyway the wind blows et un French movies ouvert par une voix de réalisatrice qu’on devine française et tête à claques.
Le morceau suivant pourrait faire un peu Basement Jaxx si ce n’était aussi retenu. Les titres les plus techno peuvent arriver, la paire a déjà conquis son auditoire. Les moments les plus forts restant Hunter/collector et le Assault on Magnus, tout en langueur pour commencer, pour s’électrifier au passage et terminer par le seul moment où on sent que les chevaux sont lâchés, que la fête pure et dure peut commencer.

La voix de Tom Barman nous a déjà procuré de nombreux bons moments et réchauffe de manière singulière une musique que les plus obtus voudraient voir comme déshumanisée. Si vous ne savez pas comment on passe de l’état de calme à celui de transe, vous avez une expérience à tenter. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)