Accueil > Musique > 2010 > The Eighties Matchbox B-Line Disaster -Blood & Fire

The Eighties Matchbox B-Line Disaster -Blood & Fire

mercredi 2 juin 2010, par Seb (un autre)

Mission from God


Formé en 1999 et originaire de Brighton, The eighties Matchbox B-Line Disaster pratique un style qualifié de psychobilly, une sorte de heavy rockabilly d’allumé total. Après deux LP sortis en 2002 et 2004 (l’excellent “Horse of the dog” et le magnifique “The royal society”), le groupe mené par le chanteur Guy Mcknight perd sa maison de disque et reste dans un silence total pendant trois ans avant de sortir un EP bricolé avec les moyens du bord et sans maison de disque (In the Garden). Malgré une réputation scénique excellente qui leur a permis de faire les premières parties de Queens of the Stone Age et System of a down, le groupe ne retrouve un label que très récemment et sort donc ces jours-ci “Blood & Fire”.

La voix gutturale de McKnight, sorte de mix entre Tom Waits et Tom Smith, reste inchangée et le premier titre Love turns to hate ,single de l’album, est un condensé de ce que EMBLD fait de mieux, des guitares saturées, des changements de rythme et des solos incendiaires.

“Mission from God” (déjà présent sur In the Garden) reste dans le même style et fait tout autant plaisir, première surprise avec “So long good goodnight”, qui passe dans le monde des EMBLD pour une ballade, ou McKnight montre encore une fois sa maitrise vocale, capable de passer d’une tirade vaudou d’outre tombe à un cri de malade mental.

“Riptin” et “Monsieur Cutts” sont beaucoup moins intéressants et manquent cruellement de mélodie et d’inventivité, se contenter de gueuler dans un micro n’a jamais fait une bonne chanson.

“Man for all seasons” risque de faire très mal en live si on a la chance un jour de les voir en dehors de l’Angleterre. Morceaux rageurs avec cassure rythmique et solo en fusion qui donne envie de gueuler et de coller des mandales.

“Don’t ask me to love me” et “Never be the same” font fortement penser a Nick Cave, un style hypnotique et je m’-en-foutiste. Impossible de rester insensible a des morceaux tellement complexes et bien foutus.

La dernière composition, la meilleure de l’album, ”Are you living”. EMBLD ont toujours terminé leurs albums avec un morceau un peu a part du reste, plusieurs styles en un, sorte d’improvisation contrôlée qu’il faut écouter plusieurs fois pour sentir toutes les nuances.

Pour les inconditionnels du groupe (dont je fais partie bien sur), il est difficile de ne pas remarquer que le groupe essaie de sonner moins complexe et nettement moins bordélique avec des structures plus classique. L’album n’en est que plus réussi et gagne en confort d’écoute.

Moins bon que “The Royal Society”, “Blood & Fire” est malgré tout rempli de bonnes choses qui se découvrent petit à petit.

Merci à Black records d’avoir signé un groupe que je pensais disparu, sans doute qu’ils n’auront jamais la place qu’ils méritent, mais combien sont dans ce cas...

SeB (un autre)

Video single officiel

Article Ecrit par Seb (un autre)

Répondre à cet article

3 Messages

  • Dum Dum Girls - Only in Dreams

    Critique dialectique (le retour)
    Ce texte fait suite (et probablement fin) à un précédent dialogue imaginaire paru il y a un an. – Tiens, salut. Ça fait longtemps, dis donc.
    – Bof, pas tellement. C’était l’année passée, tu te souviens ? On avait discuté du cas Best Coast, je crois.
    – Pfiouuuu... un an seulement ? J’ai l’impression que ça fait une éternité, moi, qu’on s’emballait pour cette vague de combos rétro-pop agrémentés à la sauce garage.
    – Bah, ça reste plus ou moins d’actualité : t’as vu que les (...)

  • Baby Fire - No Fear

    Au Feu !
    Parmi les gens qui ont mon respect indéfectible, je compte ceux qui ont le courage de lancer des structures, des labels pour que des artistes aient la chance de trouver leur public. Dans les cas de proximité, citons, parce que c’est bon, Jaune Orange, Depôt 214, Spank Me More ou Cheap Satanism. Quand une production de ces derniers arrive sur la platine, on se doute que ça ne sera pas mièvre et ronronnant.
    De mièvre il ne sera pas question puisque le rock abrasif et nerveux du duo (...)

  • The Go ! Team - Rolling Blackouts

    Tonique
    On nous bassine souvent avec les propriétés stupéfiantes des diverses boissons énergétiques inondant le marché, héritières légitimes des potions et autres élixirs que les charlatans ambulants, depuis leur roulotte convertie en podium, vendaient par caisses entières dans le vieux far west. Les bonimenteurs d’aujourd’hui, à grands renforts de promotions télévisées, voudraient à leur tour nous refourguer le dernier remède miracle pour retrouver la jouvence ou à tout le moins, si possible, nous (...)

  • Darwin Deez - Darwin Deez

    Sans arguments
    Méfiez-vous de ce type. Ils ne sont pas si nombreux, les gens qui arrivent à trouver ainsi l’alchimie, la formule magique. Je ressasse à longueur d’articles cette rengaine : quand on a peu de moyens, il faut avoir des idées. C’est valable dans toutes les formes d’art, et à plus forte raison les arts mineurs. Dans les annales pop et rock, il n’y a plus assez de papier recyclé pour recenser les copycats, parodistes d’autrui ou d’eux-mêmes, qui se sont faits maîtres de la poudre aux yeux, (...)