Accueil > Musique > 2010 > Morcheeba - Blood Like Lemonade

Morcheeba - Blood Like Lemonade

vendredi 11 juin 2010, par Laurent

Guerre propre


Ce qu’il y a d’embêtant avec le dernier Morcheeba, c’est que c’est le genre de disque dont on rédige la critique avant même de l’avoir écouté. Qu’il est difficile de passer outre les a priori autour d’un groupe qu’on a d’abord beaucoup aimé et par qui on s’est ensuite senti trahi. Déjà, à l’époque de “Charango”, les signes d’essoufflement étaient patents mais en même temps, la volonté d’évoluer – fût-ce vers la désincarnation – n’aurait pu être blâmée. Puis le départ de Skye Edwards, voix de Morcheeba mais surtout son cœur, ses poumons, ses jambes, son âme, a bouleversé la donne.

Les deux albums suivants, laissant s’exprimer deux hémisphères cérébraux – les frères Godfrey – dépossédés de leur corps et d’un tant soit peu de personnalité, n’ont été qu’embarrassants : “The Antidote” n’a rien résolu du tout en cherchant à remplacer la voix si habitée de Skye par une fade cachetonneuse, entre Nouvelle Vague et Nouvelle Star ; quant à “Dive Deep”, il portait son nom de trop malheureuse façon en s’embourbant encore plus profondément dans la vase.

Le retour de Skye au bercail – sticker promotionnel faisant foi – après une triste tentative de carrière solo, s’annonçait donc moins comme une résurrection que comme le baroud d’honneur d’une compagnie d’éclopés. Dans un contexte à peine différent, on aurait osé lâcher le gros mot : reformation. Peut-être faut-il simplement, après tout, considérer ce “Blood Like Lemonade” comme le véritable cinquième album de Morcheeba, la suite logique de “Charango” après un long hiatus entrecoupé d’anecdotes discographiques oubliables. Même à ce titre-là, inutile de préciser encore qu’on n’en attendait pas grand-chose et que c’est bien ce qu’on reçoit.

Pourtant, à l’écoute de la délicate Even Though ou de la plus chaloupée Blood Like Lemonade, on constate vite que Morcheeba construit toujours ses refrains à la mode d’autrefois. Et c’est justement là que le bât blesse : si le trio retrouve bel et bien une part de son efficacité passée, las ! elle apparaît bien désuète. On croirait écouter Cirkus, l’actuel combo de ‘Memeh’ Cherry, soit du trip hop qui a oublié de mûrir – n’est pas Portishead ou Massive Attack qui veut – à l’image d’une vieille peau qui cache ses rides sous trois kilos de cosmétiques pour aller draguer des petits jeunes en boîte. Le résultat est, au pire, vulgaire ; au mieux, pathétique.

On n’ira pas jusque là, car l’album n’est pas exempt de bons moments, en particulier les plus langoureux (Crimson, Self Made Man ou la duveteuse I Am the Spring). Seulement, trop de langueur tue la langueur et malgré un Cut to the Bass où les Godfrey jouent aux apprentis Avalanches, on flirte plus que de raison avec la lounge. Surtout, la mise en forme déçoit par son côté déjà entendu, un peu comme si le groupe avait sciemment cherché à séduire son public par quelque stratégie pavlovienne. Les nostalgiques conditionnés céderont peut-être. Les pensionnaires réguliers de l’Hôtel Costes, sûrement.

Pour ma part, je me rends compte que je n’avais pas besoin d’acheter cet album pour tirer mes conclusions : Morcheeba est un excellent groupe... du siècle dernier. Sa valeureuse résistance aux ravages du temps use malheureusement d’armes dépassées et, en ces périodes de crise(s), on a davantage besoin de remontants que d’analgésiques. Et puis la guerre, c’est sale. Pour survivre dans ce monde de brutes, Morcheeba est décidément un peu trop propre.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

1 Message

  • En vacances, j’ai écouté... (5) des nerds

    Ben oui, les vacances sont les vacances : ça donne beaucoup de temps pour piquer un plongeon dans la musique, mais pas trop l’envie d’en parler. Du coup, autant revenir sur quelques disques écoutés à l’ombre des cocotiers et dont, qui sait, vous me direz des nouvelles... Cette semaine, on revient sur dix albums pop-rock qui dosent l’expérimentation avec plus ou moins de savoir-faire, pour obtenir les résultats les plus touchants ou les plus décalés, selon l’intention.
    The Berg Sans Nipple – Build (...)

  • Barbara Panther - Barbara Panther

    Retour vers le futur
    Méfiez-vous, les filles ! Björk a appelé et elle veut récupérer sa place. C’est qu’il y en a eu, depuis les dernières nouvelles du lutin islandais, pour occuper le poste vacant de diva conceptualiste : des vestales ferventes au tempérament de geyser, praticiennes fantasques d’une forme d’avant-garde pour le peuple, d’une pop volcanique aussi glacée en apparence qu’elle est brûlante au dedans. Le genre de musique qui parvient à être aussi limpide que le cristal tout en présentant la (...)

  • The Go ! Team - Rolling Blackouts

    Tonique
    On nous bassine souvent avec les propriétés stupéfiantes des diverses boissons énergétiques inondant le marché, héritières légitimes des potions et autres élixirs que les charlatans ambulants, depuis leur roulotte convertie en podium, vendaient par caisses entières dans le vieux far west. Les bonimenteurs d’aujourd’hui, à grands renforts de promotions télévisées, voudraient à leur tour nous refourguer le dernier remède miracle pour retrouver la jouvence ou à tout le moins, si possible, nous (...)

  • Maximum Balloon - Maximum Balloon

    Renard des surfaces
    Faut-il disserter sur ce disque estampillé David Sitek, architecte sonore pratiquement institutionnalisé, que ce soit au sein de TV On The Radio ou aux manettes d’une poignée d’albums toujours recommandables ? Et si oui, se pose la question de savoir quelle problématique élaborer face aux nombreuses réflexions que suscite cette escapade. Doit-on reposer la question de savoir où s’arrête sa griffe unique et si elle explique, seule, la réussite de ses projets participatifs ? Faut-il (...)

  • The Black Keys - El Camino

    Autoradio
    Au fond, peut-être que Dan Auerbach et Patrick Carney ont lu notre critique de “Brothers” et qu’ils ont tenté de suivre à la lettre le conseil qu’on leur glissait à demi-mots : faire plus court et plus pop. On reprochait à leur précédente galette de contenir un tube énorme qui, comme par hasard, était le seul morceau produit par Danger Mouse ; ce coup-ci, Brian Burton est crédité à la composition de tous les titres, officiellement promu au rang de troisième membre du duo. On déplorait le fait (...)

  • Tinariwen - Tassili

    On avance
    Avancer dans le désert avant que le désert n’avance sur toi. À ce stade d’un parcours où sa vision du blues ne semble pas avoir dévié d’un grain de sable, Tinariwen continue pourtant d’aller de l’avant. Et jamais le groupe touareg n’a été plus fascinant, jamais sa musique n’a atteint d’aussi hautes dunes de beauté hypnotique. Reconnus aujourd’hui comme citoyens maliens par un gouvernement qu’ils ont affronté, des années durant, avec leurs guitares pour armes de poing, ils poursuivent cependant (...)

  • Charles Bradley - No Time for Dreaming

    Fièvre et langueur
    Les Dap-Kings sont vraisemblablement à la musique soul ce que Jon Spencer est au rock’n’roll : d’irréductibles résistants qui ont toujours su entretenir la flamme sacrée du genre bien avant qu’il ne revienne en odeur de sainteté, quitte à s’inscrire en porte-à-faux des goûts du jour, jouer les essuyeurs de plâtre pour ne récolter, au final, qu’un maigre salaire pour leur fidélité – l’essentiel des ressources ayant été partagées entre-temps par une oligarchie d’arrivistes mieux sapés, (...)

  • Cee Lo Green - The Lady Killer

    Crac-boum-hue
    Ne soyons pas bégueules : Fuck You, le gros carton de la rentrée, est un des meilleurs singles de l’année. Beaucoup moins niais que le tube du même nom chanté par Lily Allen, nettement plus chaleureux que l’invective lancée auparavant par Archive, le majeur tendu de Cee Lo Green possède l’élégance des grands classiques Stax et chercher à y résister relèverait de la pire mauvaise foi. Ce qui, en revanche, ne manquera pas d’alimenter le moulin des esprits chagrins, c’est que la version (...)