Accueil > Musique > 2010 > Kele - The Boxer

Kele - The Boxer

jeudi 8 juillet 2010, par Marc

Venez danser


Pour le lecteur distrait qui n’aurait pas immédiatement fait le lien, Kele est Kele Okereke, le leader de Bloc Party. Si vous arrivez à le prononcer correctement la première fois, les portes de la conversation nocturne s’ouvrent à vous.

Le pas à sauter pour que Bloc Party transpose son héroïsme en dance n’est pas gigantesque mais il fallait la franchise pour l’effectuer. Son premier exercice solo dénote une envie de pousser encore plus loin une direction déjà amorcée par le groupe « de base », de bénéficier de plus de liberté. Julian Casablancas était arrivé à sortir du pré carré de son groupe culte, Kele a voulu tenter l’échappée. Il a au moins l’avantage de la franchise, et son album plonge sans complexe dans une house qui voudrait prendre les dancefloors d’assaut.

Je ne sais pas si on est nombreux à avoir fondu sur le premier album sans avoir vraiment goûté les deux suivants, mais je note une distance grandissante entre mes attentes et les albums de Bloc Party, alors que leur succès grandit d’album en album. Donc pour ne pas s’aliéner ses coéquipiers et trop perturber son public, il se lance seul. Donc indépendamment du résultat, on aime la démarche. Ca entre en ligne de compte. Surtout qu’on aime prendre du recul par rapport aux albums qu’on écoute. Mais il faut maintenant parler du contenu. Et, clairement, on se retrouve mal pris, parce que le résultat n’est pas vraiment à la hauteur des espérances.

Le single lancé à la foule curieuse a donc été Tenderoni qui vogue dans une tendance plus vitaminée et distordue que le reste de l’album, un peu compensée par une voix placide. Les trucs et astuces fonctionnent en plein il faut dire et on a connu tellement de remixes de Bloc Party qu’on serait étonné que personne ne s’y attelle ici. Parce qu’il y a de la matière, entre l’exercice house d’On The Lam et la dance plus convenue de Rise qui n’a pas peur d’une voix féminine pas distinguée qui débite un « I’m taking over’ » ad lib.

Même si l’exercice est différent, il me semble parfois planer l’encombrante ombre d’un Tv On The Radio toujours hors d’atteinte. C’est plus flagrant dans des morceaux qui se veulent peut-être complexes mais apparaissent comme vraiment décousus comme The Other Side ou à l’opposé quand l’intensité visée est supérieure (Everything You Wanted). Comme parfois, on trouve un peu par hasard un point de référence qui vient polluer le jugement. Mais c’est quand même prégnant.

Fort heureusement, cette comparaison ne tient la route que pour les morceaux cités. Et certains parmi ceux qui ont des visées moins sudoripares s’en sortent bien, à coups de cloche pour Rise ou de chouette gimmicks pour Unholy Thoughts qui en ressemblant plus à Bloc Party montre quelle place prépondérante le chanteur a dans le son du groupe. La voix, quant à elle, m’a fait penser à Xiu Xiu. Sans doute pour l’affectation. On constate d’ailleurs son penchant intact pour le grandiloquent qu’il laisse définitivement s’épancher sur les chœurs indigestes de All the Things I could Never Say ou le toc technologique de Yesterday’s Gone. C’est un ressenti purement personnel, mais j’ai du mal à être ému quand il me demande de l’être impérativement. Le garçon sait chanter, écrire des chansons qui tiennent la route, mais de là à assumer aussi seul un changement de style aussi radical, il y a de la marge. Il a abordé un style nouveau avec une belle franchise et sans trop de clichés ; mais on a l’impression qu’il s’est un tantinet surestimé. Par exemple Walk Tall est un peu le pet entre deux chaises, entre un terrorisme sonore que pourrait justifier une puissance de feu supérieure, et des passages plus faciles à l’oreille. Le résultat est donc aussi mitigé que celui des mélanges qui n’ont pas pris.

La satisfaction intellectuelle est franchement secondaire pour un album dance. On peut juger le caractère putassier (ceci ne l’est pas) ou efficace (ça ne l’est pas vraiment non plus) du résultat, c’est tout. Evidemment, juger d’après des écoutes au casque est sans doute un peu réducteur et il faudra se retrouver dans l’état idoine à l’endroit ad hoc pour pouvoir trancher définitivement. Mais d’une manière générale, le manque cruel de morceaux qu’on a envie de réécouter est rédhibitoire pour ce premier album qui révèle l’étendue du talent de Kele mais aussi une partie de ses limites.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Kele - The Boxer 9 juillet 2010 10:13, par Benjamin F

    Arf les commentaires que je laisse ici commencent toujours pareil :) Bon cette critique est vraiment top ! Vous faîtes un concours avec Laurent ? Pour ma part j’aurai été encore plus sec mais c’est surement du au fait que j’aime vraiment les trois albums de Bloc Party. En revanche ça ne m’a vraiment pas marqué au sujet du "La voix, quant à elle, m’a fait penser à Xiu Xiu".

    repondre message

    • Kele - The Boxer 9 juillet 2010 14:41, par Marc

      Merci dites, ça fait toujours plaisir.
      J’hésite toujours à être sec avec les artistes qui me sont sympathiques a priori. Quant à Xiu Xiu, c’est seulement sur un titre que j’y ai pensé, et la phrase reconstituée à partir de mes notes prête à confusion.

      repondre message

  • Editors – EBM

    Peut-être que c’est nous. Peut-être que c’est eux. Toujours est-il que des groupes qui nous ont enflammés à leurs débuts sortent sans coup férir de nos radars pour n’y plus revenir. Bloc Party, Foals, Franz Ferdinand, Archive, ils sont nombreux à être arrivés et repartis. En 19 ans de critiques, c’est sans doute logique. Editors faisait partie du contingent, on avait d’ailleurs conclu la critique du quatrième album par un au-revoir qui semblait définitif.
    C’est le nom et la pochette qui nous ont alertés. (...)

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membre de C’Mon Tigre dont on vous a parlé récemment) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)