Accueil > Musique > 2010 > Tokyo Police Club - Champ

Tokyo Police Club - Champ

lundi 28 juin 2010, par Fred, Marc

Reçu avec satisfaction.


Certains groupes ne sont pas tonitruants et se font un peu oublier entre deux sorties. Mais leur retour évoque de façon pavlovienne une petite satisfaction. On avait à l’époque apprécié l’énergie de ce groupe de Toronto ainsi que la voix distinctive de Dave Monks.

Ils étaient alors à la lisière entre deux mondes, deux spectres qui autre part s’entrechoquaient peu : un son froid et un post-punk énervé mais plus détaché. On avait eu le temps de bien digérer leur mini-album (ou gros EP) A Lesson In Crime, ce qui plaçait déjà le premier album dans une évolution. Parce qu’il était indéniablement plus charpenté, plus inscrit dans le présent.

La fièvre a pourtant un peu disparu et on peut se demander qui a distribué du bromure à tant de groupes qui nous avaient tant plu. Et puis on se ravise, on apprécie même ce changement occasionnel. Parce que la variation des arrangements évite tout ennui. Et puis la rythmique est variée, pas forcément carrée comme c’est si souvent le cas dans le rock. Par exemple, sur Bambi (quel nom ?), leur guitariste se trompe de groupe et pense jouer avec Vampire Weekend apparemment. Sérieusement, c’est très réussi. Ces pizzicati de guitare callés sur la batterie font se détacher ce morceau du style du reste de l’album, comme un Foals ayant fait l’impasse sur le quadruple expresso du matin.

On a quand même droit à une augmentation de cadence sur Big Difference, en souvenir du bon vieux temps certainement. Avec toujours des sons plus ‘froids’ que dans le post-punk à tendance popisante pour les distinguer (également sur Not Sick) ou voire un peu plus seventies (c’est la mode) sur End Of A Spark. Energie et bonne humeur font bon ménage sur Boots of Danger. La voix évoque celle de Julian Casablancas, quand le premier morceau Favorite Colour font irrémédiablement penser au Strokes pour les premières notes de guitare et le phrasé du chant.

Ce qui fonctionne souvent chez eux, c’est une certaine mélancolie dans les mélodies, qui contraste avec le ton enjoué de la rythmique. Il y a peut-être moins d’équivalents au formidable Juno mais Wait Up est en lice.

Comme prévu, les morceaux qui jouent moins sur l’énergie sont les plus difficiles à réussir. C’est pourtant la clé de l’évolution d’un groupe comme ça. Ils s’en approchent sur Breakneck Speed. Encore avec une certaine froideur, entre autres dans les sons de basses. Quand on a vu que The Subways par exemple se sont effacés dès le second album, on apprécie cette évolution à sa juste valeur. Rien de plus difficile que la transformation d’un jeune groupe nerveux qui veut étendre son univers. On peut placer beaucoup de réserve et d’a priori mais parfois, comme ici, on a une bonne surprise.

Malheureusement, ils n’y parviennent pas toujours et la lenteur Hands reversed est agréable mais leurs penchants ensoleillés transparaissent mieux sur Gone, lequel les rapproche aussi des vampires de fin de semaine. L’enchainement de ces deux morceaux ralentit quand même l’allure de l’album.

On a maintenant la preuve que le talent de Tokyo Police Club ne nous donnera jamais d’albums désagréables. Parce que l’allure que prend leur évolution leur ouvre des champs d’exploration très étendus, on sait qu’on sera encore surpris par le prochain album.
C’est vous l’aurez compris voici un album qu’on peut passer à tout le monde sans jamais ressentir de honte, et ça, c’est déjà beaucoup.

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)