Accueil > Musique > 2010 > Plan B - The Defamation of Strickland Banks

Plan B - The Defamation of Strickland Banks

jeudi 24 juin 2010, par Laurent

Bon plan


Il est toujours intéressant de constater que ce qui fait la pluie et (rarement) le beau temps outre-Manche n’aura pas si souvent les faveurs du continent. Vu d’ici, cela semble parfaitement logique mais musicalement parlant, cela tend à prouver que les cultures locales ne cessent de s’émanciper par rapport à l’antique modèle anglo-saxon. Disons en tout cas que contrairement à maints poppeux ou rockeurs européens qui visent à la fois l’universalité du fond et le niveau international de la forme – en un mot, l’exportation – la plupart des artistes anglais font honneur à la mentalité insulaire de leurs compatriotes euros(c)eptiques en proposant une musique profondément ancrée dans leurs propres racines. Or, comme on sait que les Britons ne font rien comme les autres, il n’est plus étonnant de voir qu’un disque platiné chez eux reste pour ainsi dire absent de nos rayons.

C’est le sort qui aura donc été réservé au deuxième album de Plan B, a.k.a. Ben Drew, rappeur certes hardcore mais pas dépourvu de potentiel commercial, et pourtant moins anglocentré dans son propos que la superstar Mike Skinner. Un sort d’autant moins justifié que sur “The Defamation of Strickland Banks”, concept-album sur la déchéance d’un chanteur condamné pour un crime qu’il n’a pas commis, Drew se réinvente de A à Z en réhabilitateur masculin d’une certaine northern soul. On peut légitimement se demander pourquoi les lauriers reviendraient exclusivement aux Duffy, Rox ou Amy Winehouse – fort respectables au demeurant – dès lors qu’un garçon ravive si intelligemment la flamme d’un Smokey Robinson en y jetant régulièrement des gerbes de magnésium hip-hop.

Il n’est pas trop tard pour se rattraper. Non, Ben Drew n’est pas un gangster opportuniste qui s’est soudain rendu compte qu’il savait chanter et en a profité pour retourner sa veste. C’est un authentique soul man né les pieds dans le béton et qui a mis du temps à trouver sa voie, ou qui ne voit à tout le moins aucune raison de n’en choisir qu’une. Les morceaux baignent ainsi dans une production tout à fait vintage, dénués des artifices pop des Mark Ronson, Bernard Butler et consorts, mais Ben Drew ne rechigne pas pour autant à poser son flow rageur sur un bon tiers de l’album. C’est une rage saine, celle des victimes de délits de faciès ou de contrôles abusifs, qui l’anime sur Stay Too Long. Sur le génial She Said, on a même beaucoup de mal à croire que le falsetto qui couine pour les filles et l’organe viril qui rappe pour les garçons appartiennent à la même personne.

Et ça marche aussi en version 100% bio : qu’il fasse dans le tout miel tendance Al Green (Love Goes Down, Hard Times, I Know a Song) , le versant sunshine des Foundations (Free, Writing’s on the Wall) ou le chœur en avant façon Temptations (Welcome to Hell, Trapped in My Cigarettes), Ben Drew ressuscite ses référents avec un aplomb de grande gueule et un cœur d’artichaut. Occasionnellement plus porté sur la pop grandilo-kitsch des Four Seasons (Prayin’, qui partage avec l’ultra standard Beggin’ bien plus que la ressemblance du titre), Plan B est au top lorsqu’il brouille à nouveau les pistes soul et hip-hop sur des cascades de violons (The Recluse, Darkest Place). Très franchement, on voudrait pouvoir être sujet britannique l’espace d’un instant juste pour dire qu’on a raison. Seulement prophète en son pays, Ben Drew aligne là 13 pépites qui transcendent les frontières, les générations et les couleurs, de peau comme de voix ; bref, un sans-faute. J’adore quand un Plan B se déroule sans accroc.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate résultat. Mais jamais on n’a l’impression d’entendre une compilation.
    Dès l’intro au piano avec des (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est bien mais parfois il faut un peu de temps pour apprivoiser un artiste, même sur un EP de six titres. Il (...)

  • Peritelle - Ne Soyez Pas Triste

    On avait déjà copieusement apprécié ce que faisait Carl Roosen en tant que Carl ou Carl et les Hommes-Boîtes ou Facteur Cheval. Il est donc logique que l’attachement se poursuive avec Peritelle. On ne lui en veut même pas d’avoir pondu des textes pour le rejeton Geluck (Antoine Chance donc). C’est un de ces cas-limites où la subjectivité joue en plein. On ne va pas le nier, il faut même le reconnaître.
    Tout est question de ton et de collaborations. Ses partenaires de jeu sont ici Julien Campione (...)

  • Dum Spiro - Hors Chant

    Il faut parfois oser dépasser son pré carré, s’aventurer à la lisière pour découvrir du nouveau. Et ce nouveau, pour moi, est par exemple ce Dum Spiro, coordination des talents de musicien de Francis Esteves et du slameur Zedrine. Le résultat n’est pas a proprement parler un album de hip-hop vu que ça semble plus pensé comme un projet musical, pas des textes qui réclamaient un habillage (on signale même des instrumentaux). Dans un autre genre, on se rappelle de ce que nous avait livré Filiamotsa. (...)

  • The Black Keys - El Camino

    Autoradio
    Au fond, peut-être que Dan Auerbach et Patrick Carney ont lu notre critique de “Brothers” et qu’ils ont tenté de suivre à la lettre le conseil qu’on leur glissait à demi-mots : faire plus court et plus pop. On reprochait à leur précédente galette de contenir un tube énorme qui, comme par hasard, était le seul morceau produit par Danger Mouse ; ce coup-ci, Brian Burton est crédité à la composition de tous les titres, officiellement promu au rang de troisième membre du duo. On déplorait le fait (...)

  • Tinariwen - Tassili

    On avance
    Avancer dans le désert avant que le désert n’avance sur toi. À ce stade d’un parcours où sa vision du blues ne semble pas avoir dévié d’un grain de sable, Tinariwen continue pourtant d’aller de l’avant. Et jamais le groupe touareg n’a été plus fascinant, jamais sa musique n’a atteint d’aussi hautes dunes de beauté hypnotique. Reconnus aujourd’hui comme citoyens maliens par un gouvernement qu’ils ont affronté, des années durant, avec leurs guitares pour armes de poing, ils poursuivent cependant (...)

  • Charles Bradley - No Time for Dreaming

    Fièvre et langueur
    Les Dap-Kings sont vraisemblablement à la musique soul ce que Jon Spencer est au rock’n’roll : d’irréductibles résistants qui ont toujours su entretenir la flamme sacrée du genre bien avant qu’il ne revienne en odeur de sainteté, quitte à s’inscrire en porte-à-faux des goûts du jour, jouer les essuyeurs de plâtre pour ne récolter, au final, qu’un maigre salaire pour leur fidélité – l’essentiel des ressources ayant été partagées entre-temps par une oligarchie d’arrivistes mieux sapés, (...)

  • Cee Lo Green - The Lady Killer

    Crac-boum-hue
    Ne soyons pas bégueules : Fuck You, le gros carton de la rentrée, est un des meilleurs singles de l’année. Beaucoup moins niais que le tube du même nom chanté par Lily Allen, nettement plus chaleureux que l’invective lancée auparavant par Archive, le majeur tendu de Cee Lo Green possède l’élégance des grands classiques Stax et chercher à y résister relèverait de la pire mauvaise foi. Ce qui, en revanche, ne manquera pas d’alimenter le moulin des esprits chagrins, c’est que la version (...)