Accueil > Musique > 2010 > Marissa Nadler - Covers

Marissa Nadler - Covers

lundi 16 août 2010, par Marc


Handmade CD of my favorite covers
tracklist includes 17 songs- home recordings
I make the linocuts..cut the paper, burn the cds !

I have a new record in the works and every cd you buy helps to make that possible. Thank you so much for _ your support.
xo marissa

C’est ce que vous trouverez si vous allez faire un tour du côté du site de bricolage etsy. Vous avez compris qu’il s’agit d’une collection personnelle vendue en ligne pour financer son prochain album. Après iliketrains, on se devait de promouvoir cette artiste qui nous est tellement chère.

Evidemment, comme une compilation, la critique est fastidieuse, surtout que 17 titres c’est copieux. Mais d’une manière générale, ça s’écoute comme du Marissa Nadler, même si cette fois elle n’enterre pas une copine par chanson. Ce qui fait peu de différence à l’oreille je vous l’accorde. Quand on connaît des brouettes entières de chanteuses-folk-avec-guitare-intégrée, cette personnalité est encore plus appréciable.

On connaissait déjà sa relecture de Famous Blue Raincoat de Leonard Cohen. Et puis beaucoup d’autres qui traînaient sur la toile et le disque ménage de bons moments comme une très belle relecture de No Surprises. On ne dira jamais assez à quel point s’attaquer à la bande à Yorke est hasardeux comme entreprise donc on apprécie cette version. Il va de soi aussi qu’un Jealous Guy passe tout seul

Et comme la plupart de ce qu’on devine être des classiques me sont presque inconnus (Townes Van Zandt, ce genre), on peut considérer cette collection comme une bonne transition avant un album en bonne et due forme, qu’on espère aussi bon que le précédent Little Hells. N’attendez pas ici de reprise ‘gag’, de standard pop mis à la sauce d’un folk austère mais lumineux. Ce n’est pas le genre de la maison. Evidemment, il est un peu incongru de l’entendre chanter I love my drug buddy (des pas regrettés Lemonheads) et on est aussi surpris de voir que Clowne Town est composé par … Xiu Xiu

Si ce que fait Marissa Nadler vous intéresse de près ou de loin, ceci est un achat presque citoyen. Mais au-delà de l’aspect collector et coup de main, il y a une preuve supplémentaire qu’elle est une artiste très attachante

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Marissa Nadler - Covers 16 août 2010 08:53, par Laurent

    J’attends encore mon exemplaire. Comment ne pas soutenir une artiste aussi précieuse ?

    Sinon, si sa reprise de Radiohead ne m’a pas marqué outre mesure (bon, No Surprises a toujours été à mes yeux le titre "faible" d’"OK Computer" aussi...), je recommande chaudement la version de Climbing Up the Walls par la Canadienne Sarah Slean, je la réécoutais justement hier. Ça date de plus de dix ans mais c’est toujours excellent.

    repondre message

    • Marissa Nadler - Covers 16 août 2010 12:46, par Marc

      C’est vrai que pour elle c’est moins difficile de s’attaquer à No surprises que, disons, à Idiotèque. Mais merci pour le tuyau Sarah Slean, je ne connais pas et je vais aller voir par là. Sinon, tant qu’on est un peu dans le sujet, j’avais découvert Vampire Weekend via une reprise d’Exit Music. J’aime toujours autant : remember Radio libre

      repondre message

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)