Accueil > Critiques > 2010

Ceo - White Magic

jeudi 15 juillet 2010, par marc

Comme les petites boulettes


Pour les albums qu’on découvre aussi il y a des limbes, une zone mal définie qui dure quelques écoutes, où on décide si l’album qu’on a dans les oreilles fera l’objet d’une critique. Parce qu’on ne parle pas de tout ce qu’on entend. Pour cet album par exemple, découvert au détour d’un article de Pitchfork (cette référence est loin de l’obsolescence), ce furent les secondes finales de la plage titulaire qui m’ont donné envie d’y revenir, de m’en imprégner et de vous relater mes impressions en toute partialité.

Comme souvent de nos jours, Ceo cache une seule personne, Eric Berglund, par ailleurs moitié du duo The Tough Alliance. Cette dernière formation ayant l’air d’être un des fers de lance d’une certaine electro indie. Pourtant, ce sont bien d’engageants violons qui nous accueillent, ce qui fait que les beats de l’Illuminata qui suit nous cueillent donc un peu à froid, pourtant c’est le cœur de l’album auquel on accède par ce biais-là.

Ce genre de pop, ou de variété dans l’acception littérale, qui n’a pas peur de l’accessibilité, sans pourtant se rapprocher de la twee-pop plus traditionnelle et fermée aux sons modernes est une tradition suédoise, à l’instar des petites boulettes de chez Ikea. Oh God Oh Dear est un autre exemple de chamber pop avec violons synthétiques, dans une tradition bien établie. Et puis Come With Me ressemble à du Air France (disons Collapsing At Your Door parce que vous aimez bien les exemples). Mais on peut aussi trouver un cousinage outre-Atlantique avec les peu diffusés Memory Tapes.

De cet album très court je n’aurais pas déploré l’absence de Den Blomsterid Nu Kommer. Qui nous rappelle pourtant qu’on peut pratiquer une langue autre que l’anglais et rester cohérent. Parce que si le morceau commence comme une chute d’eurovision (ce qui est une ressemblance plausible pour un chant idiomatique), il s’éloigne un peu du gag initial.

Dans nos classifications par mots-clés sur ce site, on a inclus l’origine géographique. Parce que c’est souvent (pas toujours il est vrai) éclairant. En effet, s’il vaut mieux éviter les préjugés et s’offrir une oreille neuve, venir de Toronto, Montreal, Brooklyn ou Göteborg comme ici, ce n’est pas anodin. Surtout que même les yeux fermés, ce mélange de pop légère occasionnellement tournée vers une electro faussement sucrée ne peut masquer son origine. Le déterminisme a encore frappé.

http://www.ceoceoceoceoceo.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Josefin Runsteen - HANA Three bodies (Original Soundtrack)

    Même si on n’est pas exactement un service public, un peu de gai savoir s’impose parfois. Le Butoh est une danse de performance minimaliste créée au Japon en 1959. La danseuse suédoise Frauke a donc demandé à sa compatriote Josefin Runsteen de créer une bande-son pour une performance et c’est ce qui constitue l’objet musical du jour.
    La lisière entre les musiques électronique et classique est (...)

  • Annika and the Forest - Même la Nuit

    On l’avoue, un talent féminin éclectique et un peu électronique, c’est quelque chose qui nous plait. On peut penser à Bat For Lashes, Harrys Gym, Jeanne Added, Odd Beholder ou autres et on ajoutera donc la Suédoise Annika Grill et son troisième album.
    On est d’emblée mis à l’aise par un petit air de Metric dans leurs moments les plus gorgés de beats et de guitares combinées (Thinking Crazy). On (...)

  • Frida Hyvönen - Dream of Independance

    Ce n’est pas parce qu’une artiste nous a marqués fortement qu’elle ne peut pas échapper momentanément à notre radar. Ils faut dire que si certaines de ses productions plus récentes que son album d’il y a 9 ans ne se sont pas signalées, c’est aussi parce qu’elles étaient chantées en Suédois. Et puis la toute dernière fois qu’on l’avait aperçue, c’était aux côtés de First Aid Kit pour une soirée hommage à (...)

  • First Aid Kit - Ruins

    Elles en ont fait du chemin, les Suédoises de First Aid Kit. Il y a un peu plus de 8 ans, on les découvrait dans une petite Rotonde en ouverture de Megafaun et Port O’Brien et maintenant elles jouent à guichets fermés après une expatriation réussie aux Etats-Unis. La recette marche donc et les sœurs Klara et Johanna Söderberg n’ont visiblement pas l’intention de la changer. Deux voix à l’unisson, des (...)