Accueil > Musique > 2010 > Uffie - Sex Dreams & Denim Jeans

Uffie - Sex Dreams & Denim Jeans

dimanche 4 juillet 2010, par Laurent

« S’ils n’y vont pas maintenant, c’est fini ! »


Et c’est reparti pour un Tour. Sur deux roues et selon un périmètre hexagonal. Je ne suis pas un grand fan de cyclisme – encore moins que du Mondial de foot, c’est dire – mais ce qu’il faut avoir vécu au moins une fois, c’est le plaisir d’entendre Eddy Merckx, consultant sportif de luxe, commenter une étape du Tour de France. Ce qui est bien avec Eddy, c’est son côté rabat-joie, son art de casser tout suspense avec la précieuse autorité que lui confère son statut d’intouchable et bien sûr, de fin connaisseur.

Ainsi, alors que le journaliste fait de son mieux pour fidéliser ses téléspectateurs en maintenant une fausse tension dans ce sport franchement peu télégénique, le Cannibale coupe sec ses élans de narrateur en lâchant un tonitruant : « Hoooo, s’il n’y va pas maintenant, c’est fini ! » Sa manière à lui, tout en finesse, d’exprimer que si le challenger n’attaque pas dans la côte, il peut faire une croix sur le maillot jaune. L’étape est bouclée, si pas le Tour entier, à 200 km de la ligne d’arrivée, bonsoir, tout le monde peut rentrer chez soi.

On ne va pas plus vainement tenter d’entretenir un quelconque suspense autour de l’album d’Uffie : non, ce n’est pas le disque pop de l’année, celui qu’on attend toujours et qui risque bien de ne plus arriver. Parce que l’été est là et que c’est le moment ou jamais d’asséner un gros coup de légèreté et d’évidence à la face d’un globe qui voudrait danser toute la saison. Seulement, les cigales de 2010 semblent déjà fort dépourvues et personne n’a l’air prêt à lancer son assaut avant qu’il ne soit trop tard : « S’ils n’y vont pas maintenant, c’est fini ! »

Uffie avait pourtant, sur papier, tous les atouts pour frapper fort. À seulement 22 ans, la jeune Floridienne a déjà derrière elle un sacré paquet de featurings haut de gamme (pour Justice ou Mr Oizo par exemple) et après tant de bons et loyaux services, il était grand temps que l’écurie Ed Banger la laisse voler de ses propres ailes, d’autant que la petite sait, paraît-il, ce qu’elle veut. Las ! à l’instar de ce qu’Amanda Blank a pu trahir comme promesses au rayon dancehall, l’acid house à forte teneur rock n’ roll d’Uffie peine à convaincre sur la longueur, malgré le bon goût de la maîtresse des lieux.

Ainsi, reprendre le plus gros tube de Siouxsie & the Banshees (Hong Kong Garden) n’offre aucune garantie de gloire immédiate dès lors qu’on se contente d’un banal décalque augmenté d’une boîte à rythmes. En revanche, le sample du Velvet Underground sur la plage titulaire offre sans conteste à l’album un de ses grands moments, le disputant à la trance salace d’Art of Uff, morceau moite et obsédant. Il y a aussi quelques petits bijoux de production, comme l’irrésistible MCs Can Kiss qui laisse tout de même perplexe sur la fin avec son solo de... euh... de quoi, en fait ?

Laissons aussi le bénéfice du doute, et comptons parmi les réussites, les tentatives de pratique de l’idiome italo-disco, notamment sur le charmant Difficult et ses relents de Ricchi e Poveri ponctués par un aphorisme piqué à Puff Daddy ou bien, en compagnie d’un Pharrel Williams en pilotage automatique, sur le plus spatial ADD SUV qui trahit par chaque pore la mainmise du son Pedro Winter – en particulier les dernières secondes, plus que réminiscentes du Pedrophilia de son alter ego Busy P. Admettons encore les titres plus lents comme Our Song et First Love, clin d’œil appuyé aux eighties romantiques avec son échantillon cheesy de F.R. David, ou encore le long et sensuel Illusion of Love, qui sonne très germain sans user d’un seul mot d’allemand.

Mais comment peut-on accepter qu’un titre porte aussi bien son nom que l’horripilant Neuneu, avec ses paroles souffreteuses (« I came to rock the party », ce genre) et surtout, l’atroce imitation de Ke$ha à laquelle se livre Uffie et qui résonne de dispensables échos sur Brand New Car ? Le comble étant que les deux autres titres les plus faibles se retrouvent respectivement au début et à la fin de l’album. Pop the Glock, resucée poussive d’une certaine electro-pop déjà flétrie, a le mérite de dater de 2006 et de rappeler que c’est Ke$ha qui a pompé Uffie et non l’inverse – mais si vous y voyez un quelconque objet de fierté, faites un signe.

L’été est torride et risque d’être long. Il n’est donc pas encore trop tard mais de grâce, pour le disque pop de 2010, il faudrait se dépêcher avant qu’on ne se fourvoie sur des dancefloors discutables. Le DJ passe un tube pourri, alors on danse... mais c’est vraiment parce qu’on n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent. S’il n’a pas bientôt un bon album entre les mains, c’est fini ! Alors on rentre.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

2 Messages

  • Uffie - Sex Dreams & Denim Jeans 24 août 2011 09:52, par nicolas

    Bonjour,

    j’aime beaucoup votre critique (et réactif qui plus est pour commenter une critique de 2010) mais mieux vaut tard que jamais.
    Dites-moi, j’aimerais savoir, l’avez-vous trouvé LA galette Pop de 2010 ? Et à défaut quel album retenez-vous comme meilleure disque pop de 2010 ? et de 2011 ?

    Merci par avance,
    Nicolas

    repondre message

    • Uffie - Sex Dreams & Denim Jeans 24 août 2011 17:39, par Laurent

      Bonjour Nicolas. Vous tombez à pic, je sors moi-même d’une longue hibernation. Pour la galette pop de 2010, et à mon très humble avis, la suite et fin de la quête estival se passait ici, avec des infos plus complètes ici...

      Pour 2011 et l’été qui s’achève... mmmh... bonne question ! Je dirais, sans trop de conviction, que le disque récent qui m’a le plus rafraîchi cet été est l’album de Toxic Avenger.

      À la revoyure !

      repondre message

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)

  • Marie Davidson - Working Class Woman

    Vous avez peut-être déjà entendu parler de Marie Davidson en tant que moitié du duo darkwave Essaie Pas qui nous plait beaucoup ici. Ceci est son premier album sur Ninja Tune, son quatrième en tout et s’il pourra plaire sans souci aux amateurs de la formation de base, il a suffisamment de spécificité pour s’imposer de lui-même.
    Comme pour Essaie Pas, on est un peu dans la queue de comète electroclash. Avec un accent anglais crédible (et québécois en français, forcément) et qui claque avec une belle (...)

  • DJ Shadow - The Less You Know, the Better

    Au plus que, au mieux que
    « Here we are now at the middle. More and more, I have the feeling that we are getting nowhere. Slowly, we are getting nowhere... and that is a pleasure. » Voilà par quel soliloque DJ Shadow scinde les deux faces de son nouvel album, entre une première moitié relativement déroutante et une seconde nettement plus familière. Décidément insaisissable, Josh Davis n’a jamais commis qu’une véritable faute : celle d’avoir commencé par la fin. “Endtroducing”, ou comment générer (...)

  • Rafale - Obsessions

    Melting-pot daté
    C’est rarement le cas, mais le producteur de ce premier album des Français de Rafale m’est mieux connu que les deux autres protagonistes Julien Henry et Marc Aumont. Arnaud Rebotini est en effet connu aussi bien pour son travail avec Black Strobe que pour ses œuvres solo ; j’avoue être plus familier du groupe, pas toujours d’une subtilité folle, mais qui reste amusant sur scène, où son côté Motöthead electro est à même d’assurer le spectacle. On ne sera donc pas surpris de retrouver (...)

  • Agoria - Impermanence

    La permanence dans le changement
    Sacré Agoria. Capable de tracer des ponts imaginaires entre électro pointue et bidouillage bon enfant (“Blossom”). De convier sur un même album, il y a cinq ans, Princess Superstar et Peter Murphy (“The Green Armchair”). D’enrober un navet avec une bande originale anxiogène et des intentions ambiguës – relever le niveau ou tirer sur l’ambulance (“Go Fast”) ? Bref, un champion du contre-pied, un fervent pratiquant de l’inconstance. Sa philosophie manifeste, à ce stade (...)