Accueil > Musique > 2010 > Freelance Whales - Weathervanes

Freelance Whales - Weathervanes

samedi 24 juillet 2010, par Marc

Pour les deux generators


On a l’habitude de blâmer myspace pour les noms de groupes un peu inhabituels, chacun devant se distinguer dans une base de données mondiale. Ces baleines freelance sont new-yorkaises comme vous pouviez le deviner statistiquement et ont sorti il y a quelques mois un premier album enregistré dans une grande maison un peu hantée de Staten Island.

Un candidat à la critique doit avoir des arguments à faire valoir. Generator 1st Floor en a, et servira de revenez-y. Parce que comme on l’a déjà mentionné, ce sont les meilleurs morceaux qui définissent l’attachement à un album. L’autre grand moment sera Generator 2nd floor, autant le dire tout de suite, et ces deux morceaux pas très jumeaux pourtant plaira à tous ceux serrent sur leur cœur les succédanés gentils d’Arcade Fire comme Ra-Ra-Riot ou autres Seabear.

Encore une fois, c’est souvent trop lisse et anodin pour moi. Pas intrinsèquement, mais j’ai un peu de réticence à trouver vraiment émouvants les signes qu’ils donnent. Pourtant, Location ou Broken Horse n’auraient pas déparé un album de Belle and Sebastian parce qu’il y a toute la délicatesse requise. Il y a ainsi une série de morceaux qui passeront inaperçus, cachés derrière leur évanescence, victimes de leur délicatesse en somme. Parce qu’il faudra que l’auditeur tende l’oreille pour remarquer qu’un We Could Be Friends est plus complexe qu’on ne l’imagine, il faut simplement y consacrer toute l’attention qu’il mérite. Un peu de clavier les fait pourtant sortir un peu de leur coquille le temps de Starring

On notera aussi une mélodie à la Sufjan Stevens pour Broken Horse. C’est est de l’hommage, mot que j’utilise quand la ressemblance est trop flagrante pour être fortuite et gâche l’écoute du morceau en question.

Aller avec entrain vers toute la seconde division du folk mutant sous toute ses formes, ne serait-ce pas ça, la passion ? Comme en sport, certains montent (Midlake), d’autres descendent (Plants And Animals, The Acorn), et puis certains se sentent bien à leur niveau, ne tentent pas de prendre un gros son seventies pour être à la mode. Si cet album ne décolle véritablement que le temps des deux Generators, la délicatesse dont ils emballent tout le reste fait passer le bonbon de fort gentille façon.

http://www.myspace.com/freelancewhales
http://www.freelancewhales.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Freelance Whales - Weathervanes 24 juillet 2010 14:35, par mmarsupilami

    Mon avis était plus favorable que le tien. J’avais d’ailleurs repris cet album dans mon "best of" 2009...
    Quelque part entre Sufjan Stevens, Bowerbirds et Grandaddy.
    Assez symptômatiquement, trouve-je, ils ont fait une tournée avec Fanfarlo...
     ;-)

    repondre message

  • Freelance Whales - Weathervanes 26 juillet 2010 08:40, par Laurent

    Beaucoup plus enthousiaste aussi, comme mmarsup’ ! Pour moi il y a deux baleines bleues de l’indie-pop céleste : Noah & the Whale et les Freelance Whales. Le prochain groupe en "whale" qui sort un disque, je me précipiterai dessus sans autre forme de procès !

    repondre message

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)