Accueil > Musique > 2010 > Bombay Bicycle Club - Flaws

Bombay Bicycle Club - Flaws

vendredi 27 août 2010, par Marc

Version courte


Il n’y a pas si longtemps, je vous parlais de l’importance du hasard et de la différence entre ce qu’on pense trouver dans un album et ce qui s’y trouve effectivement. Découvert via le précieux site listen2fight, j’en avais un souvenir plus joyeux, quelque part du côté de The Drums par exemple, pas dans la mélancolie qu’ils pratiquent. Car la très bonne surprise est là, ce groupe a plus de profondeur que dans mon souvenir.

Parfois, j’envie les nombreux collègues de hobby qui se cantonnent dans le format court. Surtout dans ce cas de figure-ci où des écoutes répétées jamais ennuyeuses ni enflammées se soldent par une envie de conseiller sans que l’analyse ne puisse vraiment être aboutie.

Parce que je ne vais pas vous retenir longtemps cette fois-ci, me contentant de dire que j’ai parfois pensé à Conor Oberst mais sans la surexpressivité et surtout sans l’influence americana. Sans les surgissements et la rage occasionnelle de cet auteur brillant un peu en perte aussi. Ca plaira de toute façon aux amateurs d’un classicisme assez ancien, dans la lignée d’un Nick Drake. Surtout quand la guitare sen lance dans du picking de niveau « avancé » (Jewel). Je vous dirai aussi qu’on ne dépasse jamais le mi-tempo du motivant morceau d’introduction et que les chansons sont jolies et positives mais de temps en temps un rien répétitives (Ivy & Gold, Fairytale Lullaby), ce qui dénote une écriture parfois légèrement prise en défaut. J’ajouterai ensuite que j’ai spécialement apprécié la guitare qui vient appuyer My God de toute sa légèreté et toute sa subtilité et que la voix féminine apporte sans coup férir sa dose de spleen à Flaws.

J’ai chaque fois été surpris par la facilité avec laquelle cet album coulait de source, et a pu sembler si vite familier. Cette connivence s’accompagne peut-être un peu d’une légère amnésie des morceaux eux-mêmes mais cet album ne pourra pas décevoir ceux qui aiment les plaisirs simples et acoustiques.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Bombay Bicycle Club - Flaws 27 août 2010 13:03, par STIKO

    En 2009, ils m’avaient emballés avec leur excellent ’I had the blues but I shook them loose’. Une certaine facilité à coucher des mélodies impararables , le tout avec une grosse pointe d’électricité , m’ a même poussé à aller les applaudir au VK.Rien à dire , un ( très bon )bon moment.
    Cet album accoustique est une belle surprise ( un peu à contre courant vu ’l’électricité ’ de l’album précédent dont ils reprennent l’excellent ’dust on the ground’).
    Parfois quand c’est court , c’est bon aussi...hmm.

    A+

    repondre message

    • Bombay Bicycle Club - Flaws 27 août 2010 13:40, par Marc

      Ainsi donc ils auraient changé de style. J’avais mis ça sur le compte d’une mémoire défaillante. Cet album acoustique est impeccable et ton commentaire va me faire écouter ce premier album.

      A+ donc

      repondre message

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)